Les arrêts de travail ont commencé à partir de minuit au centre de logistique de Bad Hersfeld (ouest), indique dans un communiqué Verdi, qui entend "augmenter la pression sur Amazon pendant la période d'activité de Noël".

Avec les offres de Noël, et notamment les promotions proposées par Amazon dans le cadre d'une opération baptisée "Cyber Monday", "les volumes de commandes et la pression au travail ont encore nettement augmenté", affirme Verdi sans préciser pour combien de temps le syndicat a appelé à la grève.

Amazon emploie environ 9.000 salariés sur un total de neuf centres logistiques. Ils sont actuellement payés selon la grille des salaires du secteur de la logistique et Verdi réclame qu'ils le soient selon les salaires en vigueur dans la distribution, plus élevés.

Amazon, pour qui l'Allemagne est le plus gros marché hors des Etats-Unis, a accordé pour le moment des primes exceptionnelles jugées insuffisantes par le syndicat. Celui-ci demande également que les travailleurs bénéficient de la convention collective relative au commerce de détail et à la vente par correspondance, mais Amazon refuse, estimant qu'elle est une entreprise du secteur logistique.

Les arrêts de travail ont commencé à partir de minuit au centre de logistique de Bad Hersfeld (ouest), indique dans un communiqué Verdi, qui entend "augmenter la pression sur Amazon pendant la période d'activité de Noël". Avec les offres de Noël, et notamment les promotions proposées par Amazon dans le cadre d'une opération baptisée "Cyber Monday", "les volumes de commandes et la pression au travail ont encore nettement augmenté", affirme Verdi sans préciser pour combien de temps le syndicat a appelé à la grève. Amazon emploie environ 9.000 salariés sur un total de neuf centres logistiques. Ils sont actuellement payés selon la grille des salaires du secteur de la logistique et Verdi réclame qu'ils le soient selon les salaires en vigueur dans la distribution, plus élevés. Amazon, pour qui l'Allemagne est le plus gros marché hors des Etats-Unis, a accordé pour le moment des primes exceptionnelles jugées insuffisantes par le syndicat. Celui-ci demande également que les travailleurs bénéficient de la convention collective relative au commerce de détail et à la vente par correspondance, mais Amazon refuse, estimant qu'elle est une entreprise du secteur logistique.