Vers 07H20, le titre occupait la dernière place de l'indice SBF 120 et perdait 3,36% à 61,27 euros, dans un marché en recul de 0,92%. C'est le premier accident mortel de ce nouvel avion de transport militaire européen fabriqué à Séville, et ses premiers clients ont suspendu les vols.

L'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Malaisie ont immobilisé leurs A400M depuis l'accident, dans l'attente des résultats de l'enquête. La France a maintenu les vols "prioritaires en opérations".

Le crash de samedi représente un nouveau coup dur pour Airbus et le programme A400M, "bijou technologique" selon M. Le Drian, mais qui a accumulé retards et surcoûts, et a des difficultés à respecter ses délais de livraison.

Vers 07H20, le titre occupait la dernière place de l'indice SBF 120 et perdait 3,36% à 61,27 euros, dans un marché en recul de 0,92%. C'est le premier accident mortel de ce nouvel avion de transport militaire européen fabriqué à Séville, et ses premiers clients ont suspendu les vols. L'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Malaisie ont immobilisé leurs A400M depuis l'accident, dans l'attente des résultats de l'enquête. La France a maintenu les vols "prioritaires en opérations". Le crash de samedi représente un nouveau coup dur pour Airbus et le programme A400M, "bijou technologique" selon M. Le Drian, mais qui a accumulé retards et surcoûts, et a des difficultés à respecter ses délais de livraison.