Les États français et néerlandais détiennent chacun 14% du groupe aéronautique. Ils ont temporairement mis sur pause leurs divergences concernant la gouvernance du groupe.

Le scénario le plus probable serait celui d'un emprunt pouvant atteindre quatre milliards d'euros garanti par la France pour Air France combiné à un emprunt de près de deux milliards garanti par l'État néerlandais pour KLM. "Nous sommes naturellement en discussions permanentes avec les deux gouvernements", a déclaré une porte-parole d'Air France-KLM en refusant de commenter plus précisément cette perspective.

Les États français et néerlandais détiennent chacun 14% du groupe aéronautique. Ils ont temporairement mis sur pause leurs divergences concernant la gouvernance du groupe. Le scénario le plus probable serait celui d'un emprunt pouvant atteindre quatre milliards d'euros garanti par la France pour Air France combiné à un emprunt de près de deux milliards garanti par l'État néerlandais pour KLM. "Nous sommes naturellement en discussions permanentes avec les deux gouvernements", a déclaré une porte-parole d'Air France-KLM en refusant de commenter plus précisément cette perspective.