A43 ans, Aditya travaille depuis 22 ans aux côtés de son père Lakshmi Mittal, qui a fait de son groupe le numéro un mondial de l'acier. Un groupe qui, l'an dernier, a généré un chiffre d'affaires de 76 milliards de dollars, réduit son endettement mais qui souffre encore de la surproduction à l'échelle mondiale, et en particulier de la guerre des prix menée par les producteurs chinois. Dans une industrie très cyclique, ArcelorMittal continue certes à croître via des rachats en Italie ou en Inde, où il va enfin prendre pied, mais il vient aussi d'annoncer une réduction de sa production en Europe. Récemment, il annonçait dans une interview au quotidien Frankfurter Allgemeine vouloir se passer de certains des 19.500 travailleurs sous contrat temporaire que ses usines continentales emploient actuellement...
...