Les autorités, les acteurs portuaires, les groupes d'action locale ainsi que les secteurs agricole et environnemental semblent donc avoir enterré la hache de guerre.

Après des décennies de conflits, un accord sur le développement portuaire, le logement, l'agriculture, l'environnement et le patrimoine a donc été trouvé sur la base du "Verbond Linkerscheldeoever" (Alliance de la rive gauche). Un médiateur veillera dorénavant sur cette alliance, avec pour objectif de parvenir à une décision finale sur le projet pour 2024. La phase de mise en oeuvre pourra alors débuter.

L'accord porte principalement sur la préservation de Doel, de la nature, du patrimoine et sur le maintien de la capacité de conteneurs dans le port d'Anvers. "Après 2018, nous avons passé beaucoup de temps à essayer de restaurer la confiance. Cela a demandé beaucoup de courage", a déclaré le ministre Diependaele qui réalise que le travail n'est pas encore terminé et, que du contraire, "il ne fait que commencer", estime-t-il parlant d'un "accord historique". Jan Dhollander, de Natuurpunt, a en revanche souligné que cet accord pouvait en effet devenir historique "si toutes les promesses étaient honorées". Jan Creve, du groupe d'action Doel 2020, parle pour sa part d'un "tournant dans une histoire de 25 ans où rien ne s'est passé. Économie et patrimoine peuvent donc aller de pair".

Les autorités, les acteurs portuaires, les groupes d'action locale ainsi que les secteurs agricole et environnemental semblent donc avoir enterré la hache de guerre. Après des décennies de conflits, un accord sur le développement portuaire, le logement, l'agriculture, l'environnement et le patrimoine a donc été trouvé sur la base du "Verbond Linkerscheldeoever" (Alliance de la rive gauche). Un médiateur veillera dorénavant sur cette alliance, avec pour objectif de parvenir à une décision finale sur le projet pour 2024. La phase de mise en oeuvre pourra alors débuter. L'accord porte principalement sur la préservation de Doel, de la nature, du patrimoine et sur le maintien de la capacité de conteneurs dans le port d'Anvers. "Après 2018, nous avons passé beaucoup de temps à essayer de restaurer la confiance. Cela a demandé beaucoup de courage", a déclaré le ministre Diependaele qui réalise que le travail n'est pas encore terminé et, que du contraire, "il ne fait que commencer", estime-t-il parlant d'un "accord historique". Jan Dhollander, de Natuurpunt, a en revanche souligné que cet accord pouvait en effet devenir historique "si toutes les promesses étaient honorées". Jan Creve, du groupe d'action Doel 2020, parle pour sa part d'un "tournant dans une histoire de 25 ans où rien ne s'est passé. Économie et patrimoine peuvent donc aller de pair".