Le groupe prendra en charge un quart du loyer de ses exploitants pour les mois de novembre, décembre et janvier. Le brasseur, qui n'est lui-même pas propriétaire de biens locatifs, lance un appel de soutien aux propriétaires qui louent au secteur de l'horeca pour qu'ils contribuent également à l'effort.

"AB InBev loue 1.500 immeubles à plus de 600 propriétaires et doit donc faire un exercice complexe avant de pouvoir annoncer des plans de paiement importants. Cette fois, le brasseur choisit d'étaler la remise de loyer sur trois mois. Tout comme en avril, la condition pour que les exploitants horeca reçoivent l'annulation de loyer est qu'ils paient tous les autres mois de loyer ouverts ou que ceux-ci soient repris dans un plan de paiement respecté", explique le groupe.

"La culture de la bière belge est un patrimoine mondial. Nos cafés et restaurants sont mondialement connus. Nous devons continuer ainsi", commente Pieter Anciaux, directeur de l'horeca chez AB InBev Belgique.

Le groupe prendra en charge un quart du loyer de ses exploitants pour les mois de novembre, décembre et janvier. Le brasseur, qui n'est lui-même pas propriétaire de biens locatifs, lance un appel de soutien aux propriétaires qui louent au secteur de l'horeca pour qu'ils contribuent également à l'effort. "AB InBev loue 1.500 immeubles à plus de 600 propriétaires et doit donc faire un exercice complexe avant de pouvoir annoncer des plans de paiement importants. Cette fois, le brasseur choisit d'étaler la remise de loyer sur trois mois. Tout comme en avril, la condition pour que les exploitants horeca reçoivent l'annulation de loyer est qu'ils paient tous les autres mois de loyer ouverts ou que ceux-ci soient repris dans un plan de paiement respecté", explique le groupe. "La culture de la bière belge est un patrimoine mondial. Nos cafés et restaurants sont mondialement connus. Nous devons continuer ainsi", commente Pieter Anciaux, directeur de l'horeca chez AB InBev Belgique.