La suspension du loyer d'avril, mesure censée soulager les difficultés des exploitants de café du groupe, qui n'ont plus aucune rentrée financière depuis la fermeture imposée de leurs bars le 14 mars dernier, vaut pour les "exploitants horeca qui n'ont pas d'arriérés de loyer préalables ou pas d'autres litiges en cours", précise AB InBev.

Le groupe, qui lui-même loue les immeubles à des propriétaires, indique être parallèlement en discussion avec ces propriétaires, "afin de négocier d'autres mesures de solidarité possibles".

La réouverture des bars et restaurants est pour l'instant envisagée au plus tôt le 8 juin, en fonction de l'évolution de la pandémie de coronavirus et des premières phases de déconfinement (commerces, écoles, etc.).

D'autres groupes brassicoles ont aussi, dès le mois de mars, pris des mesures d'allègement des loyers des cafetiers qui leur sont liés par contrat, comme Palm et Haacht.

La suspension du loyer d'avril, mesure censée soulager les difficultés des exploitants de café du groupe, qui n'ont plus aucune rentrée financière depuis la fermeture imposée de leurs bars le 14 mars dernier, vaut pour les "exploitants horeca qui n'ont pas d'arriérés de loyer préalables ou pas d'autres litiges en cours", précise AB InBev. Le groupe, qui lui-même loue les immeubles à des propriétaires, indique être parallèlement en discussion avec ces propriétaires, "afin de négocier d'autres mesures de solidarité possibles". La réouverture des bars et restaurants est pour l'instant envisagée au plus tôt le 8 juin, en fonction de l'évolution de la pandémie de coronavirus et des premières phases de déconfinement (commerces, écoles, etc.). D'autres groupes brassicoles ont aussi, dès le mois de mars, pris des mesures d'allègement des loyers des cafetiers qui leur sont liés par contrat, comme Palm et Haacht.