Ces dix nouveaux camions électriques s'ajouteront aux deux premiers véhicules que le groupe possède déjà: celui qui circule déjà à Louvain, et le MAN e-truck qui approvisionne actuellement les cafés de Bruxelles.

L'investissement dans ces dix nouveaux véhicules entraînera une réduction des émissions de CO2 de 150 tonnes sur une base annuelle ou l'équivalent des émissions de plus de 83 véhicules particuliers avec un moteur à essence, pendant un an, a détaillé le groupe.

"Nous avons constaté les nombreux avantages d'une livraison urbaine électrique grâce à nos tests pratiques à Louvain et à Anderlecht: pas d'émissions, moins de bruit et agréables à conduire pour nos conducteurs. Il va donc de soi que nous allons procéder à une mise à l'échelle", a précisé Philippe Seminck, directeur logistique pour le Benelux et la France.

Cet investissement s'inscrit dans l'objectif d'AB InBev de passer, d'ici 2040, à Net Zéro sur toute sa chaîne d'approvisionnement, de l'agriculteur jusqu'au consommateur, c'est-à-dire l'équilibre entre la quantité d'émissions produites et la quantité éliminée de l'atmosphère.

Ces dix nouveaux camions électriques s'ajouteront aux deux premiers véhicules que le groupe possède déjà: celui qui circule déjà à Louvain, et le MAN e-truck qui approvisionne actuellement les cafés de Bruxelles. L'investissement dans ces dix nouveaux véhicules entraînera une réduction des émissions de CO2 de 150 tonnes sur une base annuelle ou l'équivalent des émissions de plus de 83 véhicules particuliers avec un moteur à essence, pendant un an, a détaillé le groupe. "Nous avons constaté les nombreux avantages d'une livraison urbaine électrique grâce à nos tests pratiques à Louvain et à Anderlecht: pas d'émissions, moins de bruit et agréables à conduire pour nos conducteurs. Il va donc de soi que nous allons procéder à une mise à l'échelle", a précisé Philippe Seminck, directeur logistique pour le Benelux et la France. Cet investissement s'inscrit dans l'objectif d'AB InBev de passer, d'ici 2040, à Net Zéro sur toute sa chaîne d'approvisionnement, de l'agriculteur jusqu'au consommateur, c'est-à-dire l'équilibre entre la quantité d'émissions produites et la quantité éliminée de l'atmosphère.