Selon Alex Van Cauwenbergh, responsable au syndicat chrétien, la direction a qualifié de "spéculations" le scénario évoqué dans les médias et n'a dès lors pas souhaité réagir, comme c'est le cas dans ce genre de situation.

Le siège social du groupe est actuellement situé à Louvain et quelque 650 personnes y travaillent, dont plus de deux tiers de travailleurs étrangers expatriés, selon les syndicats. Pour la direction, qui a réagi jeudi soir, il s'agit plutôt de 750 travailleurs, dont un sur 10 est expatrié.

Le journal anglais The Telegraph rapportait mardi que le groupe AB InBev envisagerait, dans le cadre d'un possible rachat de son concurrent SAB Miller, de déménager son siège social au Royaume-Uni, ce qui permettrait à certains des principaux actionnaires de SABMiller d'éviter une double imposition sur les dividendes futurs du groupe fusionné.

Selon Alex Van Cauwenbergh, responsable au syndicat chrétien, la direction a qualifié de "spéculations" le scénario évoqué dans les médias et n'a dès lors pas souhaité réagir, comme c'est le cas dans ce genre de situation.Le siège social du groupe est actuellement situé à Louvain et quelque 650 personnes y travaillent, dont plus de deux tiers de travailleurs étrangers expatriés, selon les syndicats. Pour la direction, qui a réagi jeudi soir, il s'agit plutôt de 750 travailleurs, dont un sur 10 est expatrié.Le journal anglais The Telegraph rapportait mardi que le groupe AB InBev envisagerait, dans le cadre d'un possible rachat de son concurrent SAB Miller, de déménager son siège social au Royaume-Uni, ce qui permettrait à certains des principaux actionnaires de SABMiller d'éviter une double imposition sur les dividendes futurs du groupe fusionné.