Située à Westerlo, la première maison à étage en 3D a été bâtie en 15 jours, couche après couche, par la plus grande imprimante du genre au monde. Haute de huit mètres, elle s'étend sur 90 m2 et s'avère, selon ses créateurs, trois fois plus solide qu'une construction similaire édifiée à l'aide de blocs de construction.
...

Située à Westerlo, la première maison à étage en 3D a été bâtie en 15 jours, couche après couche, par la plus grande imprimante du genre au monde. Haute de huit mètres, elle s'étend sur 90 m2 et s'avère, selon ses créateurs, trois fois plus solide qu'une construction similaire édifiée à l'aide de blocs de construction. Ce n'est certes pas le premier bâtiment imprimé au monde, admet volontiers Emiel Ascione, chef de projet, mais la maison érigée à Westerlo est doublement originale : elle est à étage alors que les autres réalisations ne comportent qu'un seul niveau et elle a été entièrement imprimée sur chantier alors que, généralement, les maisons imprimées sont composées de modules confectionnés en usine. Cette performance a été préparée de longue date. En mars 2019 déjà, la plus grande imprimante 3D au monde, achetée au Danemark, était installée sur le site de Kamp C, une ancienne base britannique désertée après la chute du mur de Berlin. Le nouvel occupant des lieux est aujourd'hui une entreprise provinciale autonome chargée d'accélérer la transition vers un monde plus écologique en mettant l'accent sur la construction. La maison édifiée à Westerlo n'est pas destinée à l'habitat. Il s'agit à la fois d'un objet d'étude dont le comportement dans le temps fera l'objet de contrôles approfondis ainsi que d'un outil de promotion destiné à accélérer l'introduction en Flandre d'une technique dont les avantages sont incontestables. Au gain de temps et de matériel (il ne faut même plus de coffrage) s'ajoutent en effet une empreinte carbone divisée par deux, une liberté accrue pour les architectes (construire un mur courbe n'est plus un problème) ainsi que l'apparition de nouveaux métiers, par exemple en programmation ou en assemblage de matériaux. Tout au long des mois de juillet et août, cette construction futuriste sera accessible aux particuliers à condition de s'inscrire au préalable via le site www.kampc.be.