Il faut y voir là bien sûr une résultante de ce que Christopher Sims du Wall Street Journal appelle le Prime effect, du nom du service d'Amazon qui propose à ses adhérents une livraison sous 48 h maximum. Le 2-day shipping est en passe de devenir le mètre-étalon de la livraison online. Avec ses 100 millions d'adhérents, Amazon contraint tous ses concurrents à s'aligner sous peine de disparaître (ou à défaut à utiliser ses propres services) : ses concurrents en ligne comme Target, mais aussi les géants brick and mortar comme Walmart qui ont construit des campus spécialement pour leurs livraisons en ligne ou des start-up qui cherchent aux Etats-Unis à " vietnamiser " Amazon sur le terrain logistique. Deliverr par exemple qui loue des hangars et cherche grâce aux données prédictives à se rapprocher du consommateu...