Les dépenses en recherche et développement ont en outre baissé à 35,7 millions d'euros (contre 48,2 millions en 2017), une diminution qui s'explique, selon la société, par la fin des études cliniques de Phase III pour Estelle (pilule contraceptive) et de Phase II pour Donesta (thérapie hormonale en ménopause).

Des accords de commercialisation d'Estelle ont d'ailleurs été conclus dans des marchés internationaux clés: Europe, Russie, Canada, Afrique du Sud, Corée du Sud et, après clôture de l'exercice, dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Un troisième produit candidat, PeriNesta, destiné au marché de la périménopause, est par ailleurs en phase clinique avancée.

En juillet dernier, Mithra avait cédé son portefeuille de génériques de marque en Belgique et au Luxembourg à Ceres Pharma, pour une valeur maximale de 40 millions d'euros.

"2018 a été une année placée sous le signe de la réussite à tous points de vue. Cette croissance a été fortement stimulée par les acomptes et les paiements d'étapes importants issus de nos partenariats stratégiques et de la cession d'activités non stratégiques. En 2019 et au-delà, nous prévoyons une nouvelle croissance importante de notre chiffre d'affaires grâce au potentiel de nos futurs partenariats E4 (Estetrol) aux États-Unis et sur d'autres marchés internationaux", a souligné le CEO François Fornieri.