Au salon IAA de la mobilité de Munich (Allemagne), qui commence lundi, plusieurs startups proposent cette formule hybride, moins chère que le location courte durée, plus courte et flexible que le leasing.

Soit une voiture compacte à partir de 300 euros par mois pendant un an chez l'Allemand Finn.auto, avec l'assurance, l'entretien et 12.000 kilomètres inclus.

Son concurrent ViveLaCar propose une citadine à partir de 175 euros par mois, hors assurance et avec un faible kilométrage.

Pour se démarquer, la petite startup compte lancer fin 2021 à Berlin, Cologne et Stuttgart un "co-abonnement", qui permet de partager les coûts entre trois conducteurs.

Alors que l'on paie désormais un abonnement pour regarder des séries, écouter de la musique, ou avoir un smartphone à la pointe de la technologie, les générations les plus jeunes valorisent moins l'achat d'une voiture, et sont aussi plus promptes à s'engager en ligne, note le Boston Consulting Group (BCG) dans un rapport publié pour l'IAA.

Les abonnés à la voiture sont encore rares mais les offres se multiplient. Le marché de l'abonnement et du leasing pourrait représenter 30 à 40 milliards de dollars d'ici 2030 entre l'Europe et les Etats-Unis, soit jusqu'à 15% des ventes de voitures neuves, selon le cabinet BCG.

Plus simple, mais aussi plus flexible et moins risqué

Evidemment plus cher que l'achat sur le long terme, l'abonnement se présente comme plus simple, mais aussi plus flexible et moins risqué, permettant de changer de véhicule sans passer par la case revente. Il permet aussi de tester des véhicules innovants, comme les hybrides et électriques, sans s'engager.

De plus en plus nombreuses, les start-ups d'abonnement ont attiré plus de 700 millions de dollars en capital-risque depuis 2015, selon BCG. Aux Etats-Unis, la société Fair a notamment levé près de 500 millions de dollars en misant sur la location de véhicules d'occasion.

Les acteurs historiques du secteur, soit les loueurs classiques et les loueurs longue durée (leasing), ont flexibilisé leur offre. Le leasing, qui était jusqu'ici plébiscité par les entreprises, séduit déjà de plus en plus de particuliers.

Formule voiture + trottinette

Les constructeurs ne sont pas en reste: l'abonnement leur permet de toucher directement une nouvelle clientèle, notamment en ligne. Il leur permet aussi de garder le contrôle sur la valeur du véhicule pendant plus longtemps, en le revendant après une ou plusieurs locations.

Au mois d'août, Renault s'est renforcé dans le secteur en acquérant une startup espagnole d'abonnement.

Mobilize, la marque de mobilité de Renault, devra représenter 20 à 30% du chiffre d'affaires du groupe en 2030, sans vendre de véhicules mais en les louant selon différentes formules, souligne Jean-Christophe Labarre, son directeur de la stratégie.

Toyota compte gérer 100.000 véhicules en Europe d'ici 2023 via sa filiale de mobilité Kinto. Lynk&Co, filiale du Chinois Geely et de Volvo, mise sur le haut de gamme avec l'abonnement à un SUV hybride.

Seat, la marque espagnole du groupe Volkswagen, teste aussi en France un abonnement "Move" comprenant une voiture, un scooter et une trottinette.

"On sent qu'il y a de la demande et que c'est l'avenir", souligne Denis Vitellaro, directeur général de Leasys France. Cette filiale de mobilité du groupe Stellantis propose depuis peu des Fiat 500 et des Jeep pour un abonnement de 400 à 500 euros par mois.

"Ce sont aussi des bonnes solutions pour tous les clients en dehors des systèmes de crédit classiques: tout est payé sur la carte de crédit", souligne M. Vitellaro.

Mercedes, Cadillac ou BMW ont aussi lancé des offres avant de les mettre en pause ou de les annuler. "La plupart des constructeurs doivent encore trouver la formule gagnante", souligne le cabinet BCG.

Au salon IAA de la mobilité de Munich (Allemagne), qui commence lundi, plusieurs startups proposent cette formule hybride, moins chère que le location courte durée, plus courte et flexible que le leasing. Soit une voiture compacte à partir de 300 euros par mois pendant un an chez l'Allemand Finn.auto, avec l'assurance, l'entretien et 12.000 kilomètres inclus. Son concurrent ViveLaCar propose une citadine à partir de 175 euros par mois, hors assurance et avec un faible kilométrage. Pour se démarquer, la petite startup compte lancer fin 2021 à Berlin, Cologne et Stuttgart un "co-abonnement", qui permet de partager les coûts entre trois conducteurs.Alors que l'on paie désormais un abonnement pour regarder des séries, écouter de la musique, ou avoir un smartphone à la pointe de la technologie, les générations les plus jeunes valorisent moins l'achat d'une voiture, et sont aussi plus promptes à s'engager en ligne, note le Boston Consulting Group (BCG) dans un rapport publié pour l'IAA. Les abonnés à la voiture sont encore rares mais les offres se multiplient. Le marché de l'abonnement et du leasing pourrait représenter 30 à 40 milliards de dollars d'ici 2030 entre l'Europe et les Etats-Unis, soit jusqu'à 15% des ventes de voitures neuves, selon le cabinet BCG. Evidemment plus cher que l'achat sur le long terme, l'abonnement se présente comme plus simple, mais aussi plus flexible et moins risqué, permettant de changer de véhicule sans passer par la case revente. Il permet aussi de tester des véhicules innovants, comme les hybrides et électriques, sans s'engager. De plus en plus nombreuses, les start-ups d'abonnement ont attiré plus de 700 millions de dollars en capital-risque depuis 2015, selon BCG. Aux Etats-Unis, la société Fair a notamment levé près de 500 millions de dollars en misant sur la location de véhicules d'occasion.Les acteurs historiques du secteur, soit les loueurs classiques et les loueurs longue durée (leasing), ont flexibilisé leur offre. Le leasing, qui était jusqu'ici plébiscité par les entreprises, séduit déjà de plus en plus de particuliers.Les constructeurs ne sont pas en reste: l'abonnement leur permet de toucher directement une nouvelle clientèle, notamment en ligne. Il leur permet aussi de garder le contrôle sur la valeur du véhicule pendant plus longtemps, en le revendant après une ou plusieurs locations.Au mois d'août, Renault s'est renforcé dans le secteur en acquérant une startup espagnole d'abonnement. Mobilize, la marque de mobilité de Renault, devra représenter 20 à 30% du chiffre d'affaires du groupe en 2030, sans vendre de véhicules mais en les louant selon différentes formules, souligne Jean-Christophe Labarre, son directeur de la stratégie.Toyota compte gérer 100.000 véhicules en Europe d'ici 2023 via sa filiale de mobilité Kinto. Lynk&Co, filiale du Chinois Geely et de Volvo, mise sur le haut de gamme avec l'abonnement à un SUV hybride.Seat, la marque espagnole du groupe Volkswagen, teste aussi en France un abonnement "Move" comprenant une voiture, un scooter et une trottinette."On sent qu'il y a de la demande et que c'est l'avenir", souligne Denis Vitellaro, directeur général de Leasys France. Cette filiale de mobilité du groupe Stellantis propose depuis peu des Fiat 500 et des Jeep pour un abonnement de 400 à 500 euros par mois. "Ce sont aussi des bonnes solutions pour tous les clients en dehors des systèmes de crédit classiques: tout est payé sur la carte de crédit", souligne M. Vitellaro.Mercedes, Cadillac ou BMW ont aussi lancé des offres avant de les mettre en pause ou de les annuler. "La plupart des constructeurs doivent encore trouver la formule gagnante", souligne le cabinet BCG.