"Nous vivons la plus grande crise économique depuis les deux guerres mondiales. Nous traversons une grave crise politique. Nous sommes à la veille de la crise du Brexit, le Royaume-Uni quittant l'Union européenne à la fin de cette année. Et si nous n'y prêtons pas attention, en 2021-2022, nous serons également confrontés à une crise de compétitivité, avec de nombreuses pertes d'emplois". C'est là ce que déclare Pieter Timmermans, directeur général de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). Il y a quatre crises en jeu, la situation ne peut guère être plus urgente. Il y aura beaucoup de pression sur le nouveau gouvernement. Quel qu'il soit, il devra être "fort et stable".
...

"Nous vivons la plus grande crise économique depuis les deux guerres mondiales. Nous traversons une grave crise politique. Nous sommes à la veille de la crise du Brexit, le Royaume-Uni quittant l'Union européenne à la fin de cette année. Et si nous n'y prêtons pas attention, en 2021-2022, nous serons également confrontés à une crise de compétitivité, avec de nombreuses pertes d'emplois". C'est là ce que déclare Pieter Timmermans, directeur général de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). Il y a quatre crises en jeu, la situation ne peut guère être plus urgente. Il y aura beaucoup de pression sur le nouveau gouvernement. Quel qu'il soit, il devra être "fort et stable".À quel point la crise du coronavirus a-t-elle affecté les entreprises belges ?Pieter Timmermans: Avant la crise du coronavirus, environ 5 % des entreprises belges étaient menacées de faillite : c'est, disons, le chiffre normal. Aujourd'hui, 25 % des entreprises sont menacées de faillite. Et si le gouvernement n'avait pas pris de mesures, telles que le chômage temporaire - qui signifie qu'une personne qui perd son emploi à cause de la crise perçoit encore 70 % de son salaire - et le report de certaines taxes, plus de 40 % auraient été menacées.Quelque 16 % des entreprises qui étaient en bonne santé avant la crise sont maintenant en difficulté. Il faut à présent aider ces entreprises, qui emploient ensemble plus de 300 000 personnes, à traverser la crise.Avec quelles mesures ?Le chômage temporaire vient d'être prolongé jusqu'à la fin de l'année 2020, ce qui est une bonne chose. Nous pourrions également introduire une forme de déduction des intérêts notionnels pour ces 16 % : si votre capital est renforcé par vos propres actionnaires, il devrait être traité favorablement d'un point de vue fiscal. Et on peut penser aux prêts subordonnés accordés par les sociétés d'investissement publiques (NDLR : ces prêts ne doivent être remboursés que lorsque, par exemple en cas de faillite, toutes les autres dettes ont été payées).Selon les critiques, certaines mesures destinées à endiguer la pandémie de coronavirus ont frappé notre économie beaucoup trop durement. Êtes-vous d'accord ?L'économie n'est pas subordonnée aux soins de santé. Dans le cas contraire, vous tueriez l'économie et, à long terme, vous ne seriez pas en mesure de financer les soins de santé. Mais les soins de santé ne sont pas non plus subordonnés à l'économie : si le virus se répand à la vitesse de l'éclair, votre économie aussi va sombrer. Il est constamment nécessaire de trouver un équilibre.Nous devrons vivre avec le virus pendant longtemps encore, mais il ne faut plus de lockdown complet. Le mois dernier, dans la province d'Anvers, l'approche était encore trop générale. Il faut s'attaquer à une flambée de manière locale, très ciblée, pour que le reste de l'économie et de la société puisse continuer à tourner.Une faiblesse demeure : nous n'avons toujours pas de bon système de tracing.Il faut le mettre en place de toute urgence, oui. Également dans la perspective de l'avenir et d'une éventuelle nouvelle pandémie.Les pouvoirs publics et le secteur privé peuvent s'inspirer de la flexibilité dont les hôpitaux ont fait preuve. Entre le 15 mars et le 15 avril, ils se sont transformés en hôpitaux de crise, de sorte qu'il n'y a pas eu de pénurie de lits. Ils n'ont pas attendu les instructions, mais ont pris le taureau par les cornes. Avez-vous entendu parler de discussions avec des employés qui ont dû changer de service ?Les travailleurs de la santé devraient-ils être mieux rémunérés ?Certains d'entre eux sont sous-payés, oui. Mais je tiens à mettre en garde qu'une augmentation de salaire serait préférable pour les personnes qui étaient en première ligne. Devriez-vous également permettre aux employés des hôpitaux qui ont pu télétravailler - par exemple, parce qu'ils tiennent les comptes - de bénéficier d'une telle augmentation ? Je m'interroge à ce sujet.Quelles leçons tirez-vous de la crise ? Ces derniers mois, j'ai entendu dire : "Nous devons recommencer à tout fabriquer nous-mêmes". Eh oui, nous devons faire cet exercice, c'est certain, mais pas au niveau des produits. La fabrication de masques buccaux, par exemple. Je n'y crois pas. Compte tenu de nos coûts de main-d'oeuvre, nous ne sommes pas assez compétitifs pour fabriquer de tels produits à des prix acceptables. Nous devons rester réalistes.Au niveau des secteurs, vous obtenez une autre histoire. Elio Di Rupo (PS) a un jour déclaré que le secteur pharmaceutique était un secteur stratégique. C'était très judicieux et aujourd'hui, cela porte ses fruits. Janssen Pharmaceutica, GSK, UCB, etc. travaillent tous très dur ici. Ils fournissent de nombreux emplois, apportent une forte valeur ajoutée et sont une source d'innovation.Voyez-vous un autre secteur avec un potentiel stratégique ?Le secteur des télécommunications et des technologies de l'information. Ces derniers temps, il nous a sauvés de beaucoup de misère. Beaucoup de gens ont pu travailler chez eux pendant la crise, l'internet n'a pas failli. Nous sommes forts dans le monde numérique et nous devons être capables de le rester.La crise montre également que le débat sur la 5G, le nouveau réseau mobile, doit prendre fin. Cela devrait faire partie du prochain accord de coalition, car entre-temps, d'autres pays avancent.Et quels partis devraient former le prochain gouvernement ?Je n'ai jamais exprimé une préférence pour une coalition particulière et je ne le ferai pas aujourd'hui non plus. Mais je crains que la loi de 1996 sur la concertation salariale soit interprétée de manière "souple" (NDLR : c'est une exigence du PS). Nous l'avons déjà vécu deux fois dans le passé : en 2001 et après 2008. En conséquence, en 2015, nous étions confrontés à un handicap salarial de 16 % et avions perdu 90 000 emplois. Si nous commettons cette erreur une troisième fois, nous perdrons des emplois dans les années à venir parce que nous nous sommes trop chers.Pensez-vous que davantage de pouvoirs devraient être attribués aux États fédéraux ou qu'ils devraient simplement être re-fédéralisés ?Nous devons examiner le fonctionnement de notre pays. Prenez la discussion sur 5G. Aurons-nous vraiment trois protocoles : un à Bruxelles, un en Flandre et un en Wallonie ? Contrairement à la croyance populaire, la FEB n'est pas opposée à la réforme de l'État. Je peux comprendre que la politique du marché du travail soit codirigée par les régions. Mais si vous scindez le droit du travail, qui régit la relation employeur-employé, vous créez des problèmes pour les entreprises qui ont des succursales en Flandre et en Wallonie. Et elles sont nombreuses. Saviez-vous que plus de 400 000 personnes travaillent dans des entreprises présentes dans au moins deux régions ?Je ne scinderais pas la sécurité sociale - ce serait scinder le pays. Que vous ameniez une partie des soins de santé à un niveau inférieur, je peux encore comprendre. Vous devriez peut-être même organiser cela au niveau local. Mais je pense qu'après une visite chez le médecin, vous devriez vous faire rembourser le même montant partout, que vous habitiez à Bastogne ou à Termonde.Préparons ce débat d'ici 2024. Sans idées préconçues sur le niveau auquel il convient de donner tel ou tel pouvoir, et en ayant uniquement à l'esprit le fonctionnement efficace de notre pays.