Cela peut varier de l'extrêmement lent à l'hyper-rapide, en passant par des vitesses que l'on peut qualifier de normales. Alors, je vais commencer avec une action très originale pour un produit qui se déplace, entre guillemets, à la vitesse de 0,045 km/h, autant dire rien du tout : c'est à peine 1 centimètre par seconde, soit la vitesse d'un paresseux et encore... Et ce produit, c'est le ketchup...

La marque Heinz a très sérieusement calculé la vitesse qu'atteint son ketchup lorsqu'on ouvre la bouteille rouge et que l'on verse son produit sur une assiette. C'est très exactement 0,045 km/h. C'est très très lent, mais là où ça devient pertinent, c'est que la marque s'est servie de cette "non-vitesse" pour mener une campagne de pub originale et toucher les automobilistes coincés dans des embouteillages. Cela s'est passé au Canada et Heinz a collaboré avec l'application mobile Waze pour récompenser les personnes qui étaient bloquées dans les embouteillages et qui roulaient parfois à 0,045 km/h (1 centimètre par seconde, je le rappelle), c'est-à-dire la vitesse du ketchup qui sort de la bouteille.

Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques de cette campagne, ça prendrait trop de temps, mais c'est une première illustration de l'utilisation de la vitesse, et ici de la non-vitesse, pour parler d'un produit et séduire le client potentiel.

L'hyper-rapidité et la performance mécanique...

Pour faire la promo de son nouveau scooter Forza 750, la marque japonaise Honda s'est mesurée à un... tweet ! C'est très audacieux et c'est ce que j'aime aussi partager dans cette rubrique : le travail dingue de certains créatifs. Donc Honda s'est mesuré à Twitter car ce réseau social est le symbole de l'instantanéité, de la vitesse, et pour cette campagne, la marque de moto a voulu voir si, sur 100 mètres, son scooter Forza 750 était plus rapide que la publication d'un tweet. Et la réponse est oui !

On le voit dans un petit film publicitaire : il n'a fallu en effet que 6 secondes et 4 centièmes au scooter nerveux pour faire 100 mètres sur l'asphalte, tandis que le tweet envoyé par Honda France au moment du départ a mis très exactement 6 secondes et 59 centièmes pour être réellement sur le compte de la marque. Bref, une belle action puisque, jusqu'ici, la vitesse de Twitter n'avait jamais été défiée.

Des joggeurs flashés à plus de 30 km/h dans Paris...

Une autre campagne est un peu plus polémique puisque les concepteurs ont un petit peu triché avec les images. Non pas que les joggeurs flashés n'ont jamais dépassé la vitesse de 30 km/h, mais parce que les images que l'on a vu passer sur les réseaux sociaux n'étaient pas celles des radars officiels de la ville de Paris, mais bien les photos améliorées d'un faux radar installé pour l'occasion. Il n'en reste pas moins que cette campagne est très originale et qu'elle a réussi son objectif : faire parler d'un concept-store parisien spécialisé dans le running et qui s'appelle Distance.

Le projet a été mené par l'agence BETC Paris et, là aussi, c'est une superbe utilisation de la notion-même de vitesse qui est mise en avant. Des joggeurs flashés dans une ville qui impose le 30 km/h aux voitures, il fallait oser !

Cela peut varier de l'extrêmement lent à l'hyper-rapide, en passant par des vitesses que l'on peut qualifier de normales. Alors, je vais commencer avec une action très originale pour un produit qui se déplace, entre guillemets, à la vitesse de 0,045 km/h, autant dire rien du tout : c'est à peine 1 centimètre par seconde, soit la vitesse d'un paresseux et encore... Et ce produit, c'est le ketchup...La marque Heinz a très sérieusement calculé la vitesse qu'atteint son ketchup lorsqu'on ouvre la bouteille rouge et que l'on verse son produit sur une assiette. C'est très exactement 0,045 km/h. C'est très très lent, mais là où ça devient pertinent, c'est que la marque s'est servie de cette "non-vitesse" pour mener une campagne de pub originale et toucher les automobilistes coincés dans des embouteillages. Cela s'est passé au Canada et Heinz a collaboré avec l'application mobile Waze pour récompenser les personnes qui étaient bloquées dans les embouteillages et qui roulaient parfois à 0,045 km/h (1 centimètre par seconde, je le rappelle), c'est-à-dire la vitesse du ketchup qui sort de la bouteille. Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques de cette campagne, ça prendrait trop de temps, mais c'est une première illustration de l'utilisation de la vitesse, et ici de la non-vitesse, pour parler d'un produit et séduire le client potentiel.L'hyper-rapidité et la performance mécanique...Pour faire la promo de son nouveau scooter Forza 750, la marque japonaise Honda s'est mesurée à un... tweet ! C'est très audacieux et c'est ce que j'aime aussi partager dans cette rubrique : le travail dingue de certains créatifs. Donc Honda s'est mesuré à Twitter car ce réseau social est le symbole de l'instantanéité, de la vitesse, et pour cette campagne, la marque de moto a voulu voir si, sur 100 mètres, son scooter Forza 750 était plus rapide que la publication d'un tweet. Et la réponse est oui ! On le voit dans un petit film publicitaire : il n'a fallu en effet que 6 secondes et 4 centièmes au scooter nerveux pour faire 100 mètres sur l'asphalte, tandis que le tweet envoyé par Honda France au moment du départ a mis très exactement 6 secondes et 59 centièmes pour être réellement sur le compte de la marque. Bref, une belle action puisque, jusqu'ici, la vitesse de Twitter n'avait jamais été défiée.Des joggeurs flashés à plus de 30 km/h dans Paris...Une autre campagne est un peu plus polémique puisque les concepteurs ont un petit peu triché avec les images. Non pas que les joggeurs flashés n'ont jamais dépassé la vitesse de 30 km/h, mais parce que les images que l'on a vu passer sur les réseaux sociaux n'étaient pas celles des radars officiels de la ville de Paris, mais bien les photos améliorées d'un faux radar installé pour l'occasion. Il n'en reste pas moins que cette campagne est très originale et qu'elle a réussi son objectif : faire parler d'un concept-store parisien spécialisé dans le running et qui s'appelle Distance. Le projet a été mené par l'agence BETC Paris et, là aussi, c'est une superbe utilisation de la notion-même de vitesse qui est mise en avant. Des joggeurs flashés dans une ville qui impose le 30 km/h aux voitures, il fallait oser !