Alors que les axes autoroutiers sont toujours bloqués à la Louvière par les travailleurs de NLMK et Duferco, les représentants syndicaux des travailleurs se sont réunis, jeudi matin, sur le site sidérurgique des deux entreprises dans le but de retrouver une certaine sérénité après le mouvement spontané de grève initié mercredi après-midi. "L'objectif de notre réunion est de retrouver une sérénité et une cohésion syndicale et sociale", a indiqué Daniel Vandergoten, de la FGTB Métal. "Les travailleurs demandent à la direction de NLMK de déterminer une date pour le paiement de la prime exceptionnelle de 600 euros garantie au printemps dernier, prime qui est à l'origine du gros mouvement d'humeur des travailleurs". De son côté, la direction de NLMK a annoncé mercredi matin souhaiter privilégier le paiement des salaires des travailleurs et postposer le paiement de la prime. (VIRGINIE LEFOUR)

Alors que les axes autoroutiers sont toujours bloqués à la Louvière par les travailleurs de NLMK et Duferco, les représentants syndicaux des travailleurs se sont réunis, jeudi matin, sur le site sidérurgique des deux entreprises dans le but de retrouver une certaine sérénité après le mouvement spontané de grève initié mercredi après-midi. "L'objectif de notre réunion est de retrouver une sérénité et une cohésion syndicale et sociale", a indiqué Daniel Vandergoten, de la FGTB Métal. "Les travailleurs demandent à la direction de NLMK de déterminer une date pour le paiement de la prime exceptionnelle de 600 euros garantie au printemps dernier, prime qui est à l'origine du gros mouvement d'humeur des travailleurs". De son côté, la direction de NLMK a annoncé mercredi matin souhaiter privilégier le paiement des salaires des travailleurs et postposer le paiement de la prime. (VIRGINIE LEFOUR)