"L'équipe du matin a pris son service à 4h et a débrayé à l'issue d'une communication des syndicats, à 8h", précise le délégué Pascal De Pauw. "La direction a assuré qu'il n'y aura pas de perte de salaire jusqu'à 14h30, mais qu'ensuite, les travailleurs ne seraient plus payés s'ils ne reprenaient pas le travail." On ne sait pas encore si l'équipe de l'après-midi va également débrayer. L'entreprise a confirmé qu'aucune commande n'avait quitté le centre après 8h. L'impact dans les magasins est pour l'instant minime, selon le porte-parole, mais si l'action se poursuit, le risque de voir les rayons se vider est bien réel. Delhaize espère que les livraisons reprendront demain. Les syndicats ont rapidement quitté le conseil d'entreprise extraordinaire de mercredi, après avoir constaté l'absence du patron de Delhaize, Denis Knoops. Ils ont seulement remis leurs questions à la direction. Un nouveau conseil d'entreprise est prévu mercredi. (Belga)

"L'équipe du matin a pris son service à 4h et a débrayé à l'issue d'une communication des syndicats, à 8h", précise le délégué Pascal De Pauw. "La direction a assuré qu'il n'y aura pas de perte de salaire jusqu'à 14h30, mais qu'ensuite, les travailleurs ne seraient plus payés s'ils ne reprenaient pas le travail." On ne sait pas encore si l'équipe de l'après-midi va également débrayer. L'entreprise a confirmé qu'aucune commande n'avait quitté le centre après 8h. L'impact dans les magasins est pour l'instant minime, selon le porte-parole, mais si l'action se poursuit, le risque de voir les rayons se vider est bien réel. Delhaize espère que les livraisons reprendront demain. Les syndicats ont rapidement quitté le conseil d'entreprise extraordinaire de mercredi, après avoir constaté l'absence du patron de Delhaize, Denis Knoops. Ils ont seulement remis leurs questions à la direction. Un nouveau conseil d'entreprise est prévu mercredi. (Belga)