Mais le souci, c'est que ce qui était considéré comme une aide appréciable devient au fur et à mesure un boulet au pied... La presse en parle depuis quelques mois, y compris en Belgique. Le Soir est également revenu sur ce sujet, d'abord parce que ces sites sont devenus incontournables et imposent leur taux de commission qui tourne souvent autour des 20% à 30%, c'est énorme quand on sait les marges assez faibles du secteur hôtelier !

Par ailleurs, ces sites de réservation imposent littéralement aux hôteliers leur politique de prix : autrement dit, l'hôtelier qui est repris par un site de réservation on line doit s'engager à toujours offrir le meilleur prix au site de réservation. En clair, pas question d'offrir un meilleur tarif sur le propre site de l'hôtel. Ce qui veut dire que le gérant de l'hôtel a les mains et les pieds liés !

C'est la raison pour laquelle, certains préconisent lorsque vous avez regardé un tarif sur un site, de ne pas hésiter à téléphoner à l'hôtel en question qui vous fera un meilleur prix encore, ce qui est logique puisqu'il évitera la commission de 20% ou plus qu'il doit payer à ces sites de réservation. C'est un truc que peu de personnes connaissent et qui vous fera gagner de l'argent !

Mais si aujourd'hui, les hôteliers en Belgique, en France et ailleurs se plaignent des sites de réservation en ligne, c'est aussi parce que ces sites sont souvent accompagnés de commentaires de clients contents ou pas contents. C'est vrai qu'il arrive que certains clients soient de mauvais coucheurs et déversent leur bile à l'encontre d'un établissement hôtelier qui ne le mérite pas (et l'hôtelier n'a en principe pas la possibilité de répondre). Ce qui est embêtant pour le secteur, c'est qu'on retrouve sur des sites comme Booking.com ou Expedia des hôteliers qui sont en réalité des particuliers et qui offrent un logement tout à fait décent, sauf que ces particuliers ne sont soumis à aucune législation sociale ou fiscale particulière, et donc, c'est une forme de concurrence déloyale !

Et voilà, pourquoi, il y a aujourd'hui quelques tensions entre le secteur hôtelier et les centrales de réservation en ligne.

Mais le souci, c'est que ce qui était considéré comme une aide appréciable devient au fur et à mesure un boulet au pied... La presse en parle depuis quelques mois, y compris en Belgique. Le Soir est également revenu sur ce sujet, d'abord parce que ces sites sont devenus incontournables et imposent leur taux de commission qui tourne souvent autour des 20% à 30%, c'est énorme quand on sait les marges assez faibles du secteur hôtelier ! Par ailleurs, ces sites de réservation imposent littéralement aux hôteliers leur politique de prix : autrement dit, l'hôtelier qui est repris par un site de réservation on line doit s'engager à toujours offrir le meilleur prix au site de réservation. En clair, pas question d'offrir un meilleur tarif sur le propre site de l'hôtel. Ce qui veut dire que le gérant de l'hôtel a les mains et les pieds liés !C'est la raison pour laquelle, certains préconisent lorsque vous avez regardé un tarif sur un site, de ne pas hésiter à téléphoner à l'hôtel en question qui vous fera un meilleur prix encore, ce qui est logique puisqu'il évitera la commission de 20% ou plus qu'il doit payer à ces sites de réservation. C'est un truc que peu de personnes connaissent et qui vous fera gagner de l'argent !Mais si aujourd'hui, les hôteliers en Belgique, en France et ailleurs se plaignent des sites de réservation en ligne, c'est aussi parce que ces sites sont souvent accompagnés de commentaires de clients contents ou pas contents. C'est vrai qu'il arrive que certains clients soient de mauvais coucheurs et déversent leur bile à l'encontre d'un établissement hôtelier qui ne le mérite pas (et l'hôtelier n'a en principe pas la possibilité de répondre). Ce qui est embêtant pour le secteur, c'est qu'on retrouve sur des sites comme Booking.com ou Expedia des hôteliers qui sont en réalité des particuliers et qui offrent un logement tout à fait décent, sauf que ces particuliers ne sont soumis à aucune législation sociale ou fiscale particulière, et donc, c'est une forme de concurrence déloyale !Et voilà, pourquoi, il y a aujourd'hui quelques tensions entre le secteur hôtelier et les centrales de réservation en ligne.