GlaxoSmithKline (GSK) se dit "déçu de voir que le syndicat Unite a pris la décision de faire grève", ajoutant espérer encore parvenir à "une solution". Dans un communiqué, le groupe ajoute "reconnaître l'impact que le taux d'inflation a sur les gens à travers le pays et être décidé à soutenir les personnels qualifiés qui travaillent dans ses usines".

GSK affirme avoir proposé une augmentation de salaire de 4% tandis que Unite dit que l'offre n'était que de 2,75%, au regard d'une inflation à 7% au Royaume-Uni en février et qui devraient dépasser 8% à courte échéance. Le groupe a dégagé des bénéfices de 4,4 milliards de livres l'an dernier pour des recettes dépassant 34 milliards de livres.

Emma Walsmley, la directrice générale du groupe, a touché plus de 8 millions de livres en 2021. "Nos membres à GSK n'ont jamais voté ainsi pour une grève. Leur colère est une réponse claire à l'immense avidité de l'entreprise" a commenté la directrice du syndicat, Sharon Graham, dans un communiqué.

Face à la crise du coût de la vie au Royaume-Uni où des millions de ménages modestes n'ont plus les moyens de payer leurs factures essentielles, combinée à une pénurie de travailleurs, les grèves et conflits salariaux se multiplient.

Dans le secteur des transports, le syndicat RMT appelle quelque 40.000 employés ferroviaires à voter pour faire grève face à des prévisions de suppressions de postes et sur les salaires. En mars, une grève dans le métro à Londres très suivie avait fortement perturbé la vie de la capitale pendant plusieurs jours, et un autre mouvement avait auparavant mobilisé des centaines d'employés d'un sous-traitant hospitalier.

GlaxoSmithKline (GSK) se dit "déçu de voir que le syndicat Unite a pris la décision de faire grève", ajoutant espérer encore parvenir à "une solution". Dans un communiqué, le groupe ajoute "reconnaître l'impact que le taux d'inflation a sur les gens à travers le pays et être décidé à soutenir les personnels qualifiés qui travaillent dans ses usines".GSK affirme avoir proposé une augmentation de salaire de 4% tandis que Unite dit que l'offre n'était que de 2,75%, au regard d'une inflation à 7% au Royaume-Uni en février et qui devraient dépasser 8% à courte échéance. Le groupe a dégagé des bénéfices de 4,4 milliards de livres l'an dernier pour des recettes dépassant 34 milliards de livres.Emma Walsmley, la directrice générale du groupe, a touché plus de 8 millions de livres en 2021. "Nos membres à GSK n'ont jamais voté ainsi pour une grève. Leur colère est une réponse claire à l'immense avidité de l'entreprise" a commenté la directrice du syndicat, Sharon Graham, dans un communiqué.Face à la crise du coût de la vie au Royaume-Uni où des millions de ménages modestes n'ont plus les moyens de payer leurs factures essentielles, combinée à une pénurie de travailleurs, les grèves et conflits salariaux se multiplient.Dans le secteur des transports, le syndicat RMT appelle quelque 40.000 employés ferroviaires à voter pour faire grève face à des prévisions de suppressions de postes et sur les salaires. En mars, une grève dans le métro à Londres très suivie avait fortement perturbé la vie de la capitale pendant plusieurs jours, et un autre mouvement avait auparavant mobilisé des centaines d'employés d'un sous-traitant hospitalier.