La parole aux Millennials

Les baby-boomers et la nouvelle génération gèrent-ils différemment leur argent ? Pour en savoir plus, nous donnons la parole aux jeunes.

Cette semaine, le millenial Thomas Laureys nous explique comment payer moins d'impôts en tant qu'investisseur.

N'oubliez pas l'épargne-pension

De nombreux Belges épargnent pour leur pension, notamment parce que les montants versés donnent droit à une réduction d'impôts. L'épargne-pension devient donc intéressante dès que vous travaillez et payez des impôts. Vous n'êtes pas obligé de déclarer vos versements. Si vous ne le faites jamais, votre capital final ne sera pas imposé à 8 %. Attention, une fois que vous avez bénéficié d'une réduction d'impôt, votre capital sera de toute façon imposé. Même si vous n'avez bénéficié qu'une seule fois de cet avantage.

Chaque année, les personnes qui épargnent pour leur pension ont le choix entre deux montants maximums. Si vous optez pour le montant le plus élevé, vous devez le signaler à votre institution financière. Ce choix est valable un an. Vous devrez donc faire cette démarche chaque année. Si vous avez opté pour le plafond de 990 euros en 2020, vous bénéficierez d'une réduction de 30 % sur le montant versé. Vous pouvez donc déduire jusqu'à 297 euros. Si vous avez opté pour le montant maximal de 1270 euros, vous bénéficierez d'une réduction fiscale de 25 pour cent sur vos versements. Vous pouvez donc déduire jusqu'à 317,5 euros. Veuillez noter que si vous versez entre 990 et 1188 euros, votre avantage fiscal est inférieur à celui que vous auriez obtenu en ne versant que 990 euros.

Chaque année, les épargnants reçoivent de leur banque ou de leur assureur un certificat attestant de leurs versements. Si les autorités fiscales le demandent, vous devez être en mesure de présenter cette attestation. Vous pouvez le remplir dans la case X, codes 1361 et 2361. Dans le cas d'un couple, le code 1361 est à utiliser pour le mari, et 2361 pour l'épouse. Dans le cas de couple du même sexe, c'est le 1361 pour le partenaire le plus âgé et le 2361 pour le partenaire le plus jeune.

Si vous réinvestissez chaque année le montant que vous récupérez des impôts dans des actions, vous pouvez économiser environ 10 000 euros supplémentaires.

N'oubliez pas les cents des dividendes

Depuis 2019, les revenus des dividendes sont exonérés d'impôt jusqu'à 800 euros par contribuable. Cette exonération a été conçue pour activer l'épargne et stimuler son utilisation sur les marchés boursiers. L'exonération ne se fait pas à la source, ce qui signifie que la banque déduit par défaut le précompte mobilier belge. Vous devez donc demander le remboursement partiel du précompte mobilier dans votre déclaration d'impôt. Vous pouvez récupérer maximum 30 % de 800 euros, c'est-à-dire 240 euros.

Les dividendes concernés proviennent d'entreprises cotées en bourses ou de coopératives reconnues telles que Cera, Argen-Co et Alterfin, ou encore d'entreprises à vocation sociale. Les dividendes distribués par les fonds de placement et les trackers ne sont pas sujets à l'exonération. C'est également le cas des coupons d'obligations et des autres intérêts, ainsi que des dividendes de constructions juridiques comme les fondations et les fonds et les dividendes obtenus par l'intermédiaire de constructions juridiques.

Dans la pratique, deux montants vous sont utiles. Le premier est le montant des dividendes bruts que vous avez reçus l'année dernière. Le second est le montant du précompte mobilier qui a été retenu. Vous devrez renseigner ce dernier. Si vous avez reçu plus de 800 euros de dividendes en 2020, prenez d'abord en compte les dividendes soumis à un précompte de 30 %. Les dividendes provenant de sociétés immobilières réglementées comme Aedifica et Care Property Invest, par exemple, sont soumis à un taux de 15 %. Le montant à récupérer est donc plus faible. La plupart des banques n'ont pas fourni à leurs clients un aperçu détaillé des dividendes reçus. Vous devez donc calculer le montant que vous pouvez récupérer vous-même. Il vous faudra rassembler tous les relevés de paiement des dividendes. Vous devrez également les présenter comme preuve en cas de contrôle fiscal. Vous indiquez le montant calculé sous les codes 1437 et 2437 du formulaire de déclaration d'impôt.

Faites attention à la législation et évitez les hausses d'impôts

Les autorités belges demandent de déclarer les comptes à l'étranger : comptes courants ainsi que comptes à terme et comptes titres. Vous devez déclarer ces comptes avant de remplir votre déclaration fiscale pour l'année fiscale au cours de laquelle vous avez ouvert le compte. Il n'est parfois pas simple de savoir si certains comptes sont soumis à cette obligation de déclaration. Si vous avez un doute, déclarez-les à titre préventif.

Vous ne devez déclarer chaque compte étranger qu'une seule fois auprès du Point de contact central (PCC) de la Banque Nationale de Belgique. Si vous ne le faites pas ou si vous le faites en retard, vous risquez une amende et éventuellement une augmentation des impôts. Chaque année, vous devez signaler dans votre déclaration d'impôt le fait que vous avez un compte à l'étranger. Vous pouvez déclarer le compte étranger dans votre déclaration sous le code 1075. Pour les comptes titres, les codes sont les 1072 et 2072.

La déclaration auprès du PCC peut se faire en ligne ou en version papier. Pour une déclaration en ligne, rendez-vous sur https://cappcc.nbb.be. Sur le site de la Banque Nationale, vous retrouverez également des instructions et des explications concernant la procédure. Vous pouvez également télécharger un formulaire de déclaration sur le site de la BN. Vous pouvez remplir ce formulaire en ligne et l'imprimer ou l'imprimer puis le remplir à la main. Vous pouvez ensuite l'envoyer à l'adresse suivante : Banque Nationale de Belgique, Point de contact central, Boulevard de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles.

Adresses et sources utiles

- Site Internet du SPF Finances

- Informations sur l'épargne-pension

- Informations sur l'exonération des dividendes

- Contact center 02/572.57.57, tous les jours ouvrables de 8 h 30 à 17 h.

- Diverses informations http://www.wikifin.be

Thomas Laureys

N'oubliez pas l'épargne-pensionDe nombreux Belges épargnent pour leur pension, notamment parce que les montants versés donnent droit à une réduction d'impôts. L'épargne-pension devient donc intéressante dès que vous travaillez et payez des impôts. Vous n'êtes pas obligé de déclarer vos versements. Si vous ne le faites jamais, votre capital final ne sera pas imposé à 8 %. Attention, une fois que vous avez bénéficié d'une réduction d'impôt, votre capital sera de toute façon imposé. Même si vous n'avez bénéficié qu'une seule fois de cet avantage.Chaque année, les personnes qui épargnent pour leur pension ont le choix entre deux montants maximums. Si vous optez pour le montant le plus élevé, vous devez le signaler à votre institution financière. Ce choix est valable un an. Vous devrez donc faire cette démarche chaque année. Si vous avez opté pour le plafond de 990 euros en 2020, vous bénéficierez d'une réduction de 30 % sur le montant versé. Vous pouvez donc déduire jusqu'à 297 euros. Si vous avez opté pour le montant maximal de 1270 euros, vous bénéficierez d'une réduction fiscale de 25 pour cent sur vos versements. Vous pouvez donc déduire jusqu'à 317,5 euros. Veuillez noter que si vous versez entre 990 et 1188 euros, votre avantage fiscal est inférieur à celui que vous auriez obtenu en ne versant que 990 euros.Chaque année, les épargnants reçoivent de leur banque ou de leur assureur un certificat attestant de leurs versements. Si les autorités fiscales le demandent, vous devez être en mesure de présenter cette attestation. Vous pouvez le remplir dans la case X, codes 1361 et 2361. Dans le cas d'un couple, le code 1361 est à utiliser pour le mari, et 2361 pour l'épouse. Dans le cas de couple du même sexe, c'est le 1361 pour le partenaire le plus âgé et le 2361 pour le partenaire le plus jeune.Si vous réinvestissez chaque année le montant que vous récupérez des impôts dans des actions, vous pouvez économiser environ 10 000 euros supplémentaires.N'oubliez pas les cents des dividendesDepuis 2019, les revenus des dividendes sont exonérés d'impôt jusqu'à 800 euros par contribuable. Cette exonération a été conçue pour activer l'épargne et stimuler son utilisation sur les marchés boursiers. L'exonération ne se fait pas à la source, ce qui signifie que la banque déduit par défaut le précompte mobilier belge. Vous devez donc demander le remboursement partiel du précompte mobilier dans votre déclaration d'impôt. Vous pouvez récupérer maximum 30 % de 800 euros, c'est-à-dire 240 euros.Les dividendes concernés proviennent d'entreprises cotées en bourses ou de coopératives reconnues telles que Cera, Argen-Co et Alterfin, ou encore d'entreprises à vocation sociale. Les dividendes distribués par les fonds de placement et les trackers ne sont pas sujets à l'exonération. C'est également le cas des coupons d'obligations et des autres intérêts, ainsi que des dividendes de constructions juridiques comme les fondations et les fonds et les dividendes obtenus par l'intermédiaire de constructions juridiques.Dans la pratique, deux montants vous sont utiles. Le premier est le montant des dividendes bruts que vous avez reçus l'année dernière. Le second est le montant du précompte mobilier qui a été retenu. Vous devrez renseigner ce dernier. Si vous avez reçu plus de 800 euros de dividendes en 2020, prenez d'abord en compte les dividendes soumis à un précompte de 30 %. Les dividendes provenant de sociétés immobilières réglementées comme Aedifica et Care Property Invest, par exemple, sont soumis à un taux de 15 %. Le montant à récupérer est donc plus faible. La plupart des banques n'ont pas fourni à leurs clients un aperçu détaillé des dividendes reçus. Vous devez donc calculer le montant que vous pouvez récupérer vous-même. Il vous faudra rassembler tous les relevés de paiement des dividendes. Vous devrez également les présenter comme preuve en cas de contrôle fiscal. Vous indiquez le montant calculé sous les codes 1437 et 2437 du formulaire de déclaration d'impôt.Faites attention à la législation et évitez les hausses d'impôtsLes autorités belges demandent de déclarer les comptes à l'étranger : comptes courants ainsi que comptes à terme et comptes titres. Vous devez déclarer ces comptes avant de remplir votre déclaration fiscale pour l'année fiscale au cours de laquelle vous avez ouvert le compte. Il n'est parfois pas simple de savoir si certains comptes sont soumis à cette obligation de déclaration. Si vous avez un doute, déclarez-les à titre préventif.Vous ne devez déclarer chaque compte étranger qu'une seule fois auprès du Point de contact central (PCC) de la Banque Nationale de Belgique. Si vous ne le faites pas ou si vous le faites en retard, vous risquez une amende et éventuellement une augmentation des impôts. Chaque année, vous devez signaler dans votre déclaration d'impôt le fait que vous avez un compte à l'étranger. Vous pouvez déclarer le compte étranger dans votre déclaration sous le code 1075. Pour les comptes titres, les codes sont les 1072 et 2072.La déclaration auprès du PCC peut se faire en ligne ou en version papier. Pour une déclaration en ligne, rendez-vous sur https://cappcc.nbb.be. Sur le site de la Banque Nationale, vous retrouverez également des instructions et des explications concernant la procédure. Vous pouvez également télécharger un formulaire de déclaration sur le site de la BN. Vous pouvez remplir ce formulaire en ligne et l'imprimer ou l'imprimer puis le remplir à la main. Vous pouvez ensuite l'envoyer à l'adresse suivante : Banque Nationale de Belgique, Point de contact central, Boulevard de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles. Thomas Laureys