Le Trésor américain "sanctionne Tornado Cash, un mélangeur de devises virtuelles qui blanchit l'argent issu des cybercrimes, y compris ceux commis contre des victimes aux États-Unis", a déclaré le sous-secrétaire au Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier Brian Nelson, dans un communiqué.

Parmi les 7 milliards de dollars de monnaie virtuelle que la plateforme aurait blanchi, selon le Trésor, on compte "plus 455 millions de dollars volés par le groupe Lazarus, un groupe de piratage parrainé par l'État de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et qui a été sanctionné par les États-Unis en 2019, dans le cadre du plus grand vol de monnaie virtuelle connu à ce jour".

Les autorités américaines avaient accusé mi-avril le groupe Lazarus et APT38 -des hackeurs "associés" au régime reclus-, d'être responsables du vol de 620 millions de dollars en ethereum, qui avait suivi le piratage du jeu vidéo Axie Infinity fin mars.

Tornado Cash est l'un des principaux "mélangeurs" de cryptomonnaies, qui permettent aux utilisateurs de cacher leurs mouvements de devises comme le bitcoin ou l'ethereum en les mélangeant aux transferts d'autres utilisateurs. Selon les autorités américaines, ce type de services ne sont pas illégaux en soi mais sont fréquemment utilisés pour déplacer des fonds illicites. Elles soulignent en outre que d'autres "mélangeurs" ainsi que des technologies d'anonymisation au sein de l'écosystème des cryptomonnaies figurent dans leur viseur.

"Bien qu'il affirme publiquement le contraire, Tornado Cash a échoué à plusieurs reprises à imposer des contrôles efficaces conçus pour l'empêcher de blanchir des fonds pour des cyberacteurs malveillants et sans dispositif en place pour faire face à ses risques", relève Brian Nelson.

C'est la deuxième fois que Washington impose des sanctions financières à l'encontre d'un mélangeur de cryptomonnaies, après celles visant, en mai, Blender.io, accusé lui aussi d'implication dans le blanchiment d'argent virtuel par la Corée du Nord. "Les États-Unis continueront de mener des actions contre les mélangeurs qui blanchissent de la monnaie virtuelle pour les criminels et ceux qui les assistent", a commenté le secrétaire d'État Antony Blinken dans un communiqué.

Les sanctions du Trésor américain prévoient le gel des éventuels avoirs aux États-Unis des personnes ou entités ciblées, et empêchent toute transaction avec des ressortissants américains.

Le Trésor américain "sanctionne Tornado Cash, un mélangeur de devises virtuelles qui blanchit l'argent issu des cybercrimes, y compris ceux commis contre des victimes aux États-Unis", a déclaré le sous-secrétaire au Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier Brian Nelson, dans un communiqué. Parmi les 7 milliards de dollars de monnaie virtuelle que la plateforme aurait blanchi, selon le Trésor, on compte "plus 455 millions de dollars volés par le groupe Lazarus, un groupe de piratage parrainé par l'État de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et qui a été sanctionné par les États-Unis en 2019, dans le cadre du plus grand vol de monnaie virtuelle connu à ce jour".Les autorités américaines avaient accusé mi-avril le groupe Lazarus et APT38 -des hackeurs "associés" au régime reclus-, d'être responsables du vol de 620 millions de dollars en ethereum, qui avait suivi le piratage du jeu vidéo Axie Infinity fin mars.Tornado Cash est l'un des principaux "mélangeurs" de cryptomonnaies, qui permettent aux utilisateurs de cacher leurs mouvements de devises comme le bitcoin ou l'ethereum en les mélangeant aux transferts d'autres utilisateurs. Selon les autorités américaines, ce type de services ne sont pas illégaux en soi mais sont fréquemment utilisés pour déplacer des fonds illicites. Elles soulignent en outre que d'autres "mélangeurs" ainsi que des technologies d'anonymisation au sein de l'écosystème des cryptomonnaies figurent dans leur viseur."Bien qu'il affirme publiquement le contraire, Tornado Cash a échoué à plusieurs reprises à imposer des contrôles efficaces conçus pour l'empêcher de blanchir des fonds pour des cyberacteurs malveillants et sans dispositif en place pour faire face à ses risques", relève Brian Nelson.C'est la deuxième fois que Washington impose des sanctions financières à l'encontre d'un mélangeur de cryptomonnaies, après celles visant, en mai, Blender.io, accusé lui aussi d'implication dans le blanchiment d'argent virtuel par la Corée du Nord. "Les États-Unis continueront de mener des actions contre les mélangeurs qui blanchissent de la monnaie virtuelle pour les criminels et ceux qui les assistent", a commenté le secrétaire d'État Antony Blinken dans un communiqué.Les sanctions du Trésor américain prévoient le gel des éventuels avoirs aux États-Unis des personnes ou entités ciblées, et empêchent toute transaction avec des ressortissants américains.