L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,15%, à 26.424,90 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,59% à 7.938,69 points.

L'indice élargi S&P 500 a pris 0,46%, à 2.892,74 points, terminant dans le vert pour la septième séance de suite.

Sur la semaine, le Dow Jones a gagné 1,9%, le Nasdaq 2,7% et le S&P 500 2,1%.

"Le rapport mensuel sur l'emploi ne pouvait pas être plus parfait pour le marché des actions", a observé Karl Haeling de LBBW.

Le bond des créations d'emplois en mars dans le pays, après un mauvais score en février, "reflète une économie en bonne santé", a-t-il relevé.

Dans le même temps, le ralentissement de la progression des salaires, à 3,2% sur un an, "peut peut-être faire craindre à certains une petite réduction des dépenses de consommation mais elle permet surtout à l'inflation de ne pas augmenter trop vite", a-t-il ajouté. "Les taux d'intérêt ne vont a priori pas remonter tout de suite".

Autre source d'optimisme pour les investisseurs: l'apparente avancée des négociations sino-américaines.

Donald Trump a fait état vendredi de progrès dans les pourparlers qui doivent mettre un terme à la guerre commerciale entre les deux premières économies du monde, les qualifiant de "grand succès". Il s'est toutefois refusé à en prédire l'issue ou à donner des détails sur les points discutés.

Les courtiers de Wall Street vont maintenant commencer à tourner leur attention vers le début de la saison des résultats du premier trimestre.

"Les analystes s'attendent en moyenne à un recul des bénéfices par rapport à l'an dernier, mais ils anticipent également une augmentation des chiffres d'affaires", a rappelé Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors.

"Cela signifie sans doute que (le repli attendu des profits) relève surtout d'un phénomène temporaire lié à l'ajustement des entreprises à la réforme fiscale (mise en place début 2018), aux salaires ou aux taux d'intérêt", a-t-il relevé.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 10 ans sur la dette américaine reculait vers 20H15 GMT à 2,495% contre 2,515% la veille.