Le réseau et son homologue néerlandophone Financieel actie netwerk ont profité de cette année électorale pour élaborer un mémorandum à l'attention des partis contenant un ensemble de propositions détaillées en vue d'une réforme profonde de la fiscalité, fondée sur le principe de la progressivité.

Leur constat de base est que "les travailleurs belges ont particulièrement souffert au cours de la législature sortante: politique d'austérité, saut d'index, quasi-blocage des salaires, réforme de la loi 96 (sur la formation des salaires), coupes dans les services publics..." Et qu'en même temps, "s'est poursuivie une série de cadeaux aux détenteurs de capitaux et entreprises, notamment par des diminutions de cotisations sociales et de l'impôt des sociétés", mais aussi par "la faiblesse dans sa lutte contre la fraude et l'évasion fiscale".

Les réseaux plaident pour une réelle réforme fiscale, qui rééquilibrerait la charge portée par les travailleurs et par les entreprises et le capital, en s'appuyant sur un principe de progressivité des contributions.

A l'occasion des élections du 26 mai, RJF a interrogé les partis démocratiques francophones sur leur vision d'une réforme de la fiscalité. Leurs réponses sont synthétisées et peuvent être consultées sur http://www.lesgrossesfortunes.be.

Le RJF, créé en 1998, rassemble des organismes tels que le CNCD 11.11.11, Oxfam Solidarité, le Réseau Financement Alternatif ou encore le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, de même que les syndicats CSC, FGTB et CGSLB.