Les propriétaires sont les plus à même d'économiser. Un peu plus de la moitié des ménages disposant de leur propre logement indiquent pouvoir économiser. La proportion tombe à une famille sur trois chez les locataires. L'épargne augmente avec les revenus. Parmi les familles dont les revenus ne dépassent pas 16.000 euros, seuls 36% réussissent à économiser. Parmi les ménages disposant d'un revenu d'au moins 90.000 euros, ce pourcentage augmente à 64%. Le style de vie joue également un rôle important.

Près de 130.000 ménages belges ont plus de dettes que d'économies

Selon cette enquête, 2,7% des 4,8 millions de ménages belges ont des avoirs nets négatifs, ce qui signifie que leurs dettes sont plus importantes que la somme de leurs avoirs: immobilier, épargne et produits financiers ou autres. Ce sont surtout les locataires qui affichent les plus mauvais résultats: plus de 8% des locataires ont davantage de dettes que d'avoirs, contre moins de 1% des propriétaires.

De plus, les familles nombreuses ont plus de probabilité d'avoir des dettes supérieures à leurs avoirs. Le nombre de ménages belges fortement endettés reste toutefois inférieur à la plupart des autres pays de la zone euro, où une moyenne de 4,8% des ménages a des dettes supérieures à leurs avoirs, soit environ deux fois plus qu'en Belgique, relève encore L'Echo.

Les propriétaires sont les plus à même d'économiser. Un peu plus de la moitié des ménages disposant de leur propre logement indiquent pouvoir économiser. La proportion tombe à une famille sur trois chez les locataires. L'épargne augmente avec les revenus. Parmi les familles dont les revenus ne dépassent pas 16.000 euros, seuls 36% réussissent à économiser. Parmi les ménages disposant d'un revenu d'au moins 90.000 euros, ce pourcentage augmente à 64%. Le style de vie joue également un rôle important. Près de 130.000 ménages belges ont plus de dettes que d'économies Selon cette enquête, 2,7% des 4,8 millions de ménages belges ont des avoirs nets négatifs, ce qui signifie que leurs dettes sont plus importantes que la somme de leurs avoirs: immobilier, épargne et produits financiers ou autres. Ce sont surtout les locataires qui affichent les plus mauvais résultats: plus de 8% des locataires ont davantage de dettes que d'avoirs, contre moins de 1% des propriétaires. De plus, les familles nombreuses ont plus de probabilité d'avoir des dettes supérieures à leurs avoirs. Le nombre de ménages belges fortement endettés reste toutefois inférieur à la plupart des autres pays de la zone euro, où une moyenne de 4,8% des ménages a des dettes supérieures à leurs avoirs, soit environ deux fois plus qu'en Belgique, relève encore L'Echo.