"Ce fonds investira seulement dans des entreprises dirigées par des fondateurs et entrepreneurs de couleur", a expliqué Marcelo Claure, le vice-président exécutif de SoftBank Group, dans une lettre interne dont l'AFP a obtenu une copie.

Les jeunes pousses financées par des fonds de capital-risque sont issues d'entrepreneurs "à une écrasante majorité" blancs, masculins, formés dans les meilleures universités américaines et basés dans la Silicon Valley, a rappelé M. Claure.

"Seulement 1% des fondateurs soutenus par des acteurs de capital-risque sont des Noirs", selon lui.

SoftBank Group est l'un des géants mondiaux des investissements dans les nouvelles technologies.

Pour des raisons d'image, de nombreuses entreprises tentent de promouvoir la diversité face à la vague de manifestations aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde après la mort de l'Afro-Américain George Floyd lors de son interpellation par la police à Minneapolis (nord) le 25 mai.

Bank of America, la deuxième banque des Etats-Unis, a notamment annoncé mardi qu'elle allait consacrer un milliard de dollars sur quatre ans à des projets contre les injustices raciales aux Etats-Unis.

"Ce fonds investira seulement dans des entreprises dirigées par des fondateurs et entrepreneurs de couleur", a expliqué Marcelo Claure, le vice-président exécutif de SoftBank Group, dans une lettre interne dont l'AFP a obtenu une copie. Les jeunes pousses financées par des fonds de capital-risque sont issues d'entrepreneurs "à une écrasante majorité" blancs, masculins, formés dans les meilleures universités américaines et basés dans la Silicon Valley, a rappelé M. Claure. "Seulement 1% des fondateurs soutenus par des acteurs de capital-risque sont des Noirs", selon lui. SoftBank Group est l'un des géants mondiaux des investissements dans les nouvelles technologies. Pour des raisons d'image, de nombreuses entreprises tentent de promouvoir la diversité face à la vague de manifestations aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde après la mort de l'Afro-Américain George Floyd lors de son interpellation par la police à Minneapolis (nord) le 25 mai. Bank of America, la deuxième banque des Etats-Unis, a notamment annoncé mardi qu'elle allait consacrer un milliard de dollars sur quatre ans à des projets contre les injustices raciales aux Etats-Unis.