Vous prenez l'air de celui qui se pose des questions : oui, en effet, comment est-ce possible que la Bourse continue sa progression ? Voire même dépasse certains seuils historiques, alors qu'il y a le variant Omicron, qu'il y a la 4ème vague, qu'en Chine il y a un ralentissement et même un krach des promoteurs immobiliers, que l'inflation est de retour, qu'il y a un risque de voir les taux d'intérêt augmenter... Bref, n'en jetez plus : en un mot comme un cent la Bourse serait folle.

Pendant que vos invités y vont de leur explication, vous venez ensuite les rassurer. En fait, c'est simple, si la Bourse est en lévitation, c'est à cause de TINA, de FOMO et du PUT selon l'excellent chroniqueur boursier Marc Fiorentino. Trois acronymes donc, pour un effet étonnement 100% garanti !

TINA, c'est l'acronyme de There Is No Alternative. En effet, essayez de trouver un placement, en-dehors de l'immobilier, qui rapporte de l'argent aujourd'hui. C'est quasi impossible hormis la Bourse et la brique ; et donc, la Bourse bénéficie de cette absence d'alternative.

Le FOMO, c'est l'acronyme de l'expression anglaise Fear Of Missing Out, qu'on peut traduire par la "peur de passer à côté". A côté de quoi ? Mais de la hausse boursière, pardi ! Oui, vos calculs vous montrent que la Bourse est chère, trop chère même, mais il n'y a rien à faire : les indices continuent de monter et même si c'est parfois illogique, vous vous dites que si vous sortez de la Bourse, vous allez rater la hausse. C'est ce sentiment de frustration potentiel qui nourrit donc aussi la hausse boursière.

D'ailleurs, il n'y a pas qu'en Bourse que le FOMO fonctionne. Regardez bêtement votre smartphone, il a été conçu par des ingénieurs designers diaboliques en Californie. Le FOMO, c'est au fond cette drogue qui ne dit pas son nom et qui est utilisée par les fabricants d'applications qui, en nous envoyant toutes les minutes des notifications, nous gardent collés à notre smartphone car nous avons peur de rater un soi-disant message important. C'est ça le Fear Of Missing Out (ou la peur de passer à côté, en bon français).

Il reste encore le 3ème moteur de la Bourse et qui tient en 3 lettres : PUT. Non, non, ce n'est pas ce que vous croyez, le put est un instrument financier qui protège contre la baisse. Donc les investisseurs n'ont pas trop peur d'une éventuelle baisse car les banques centrales sont là pour éviter un véritable krach boursier, elles feront tout pour nous éviter ça ! Ce n'est pas à proprement parler un put mais ça y ressemble fort quand même.

Donc, oui, retenez bien ça : si la Bourse est en lévitation, c'est grâce à TINA, au FOMO et au PUT. Si avec cela, vous n'avez pas un diner animé, j'ai raté ma vocation. Et ma vocation est simple : faire en sorte que cette chronique économique n'ait pas d'alternative et que vous ayez le sentiment de frustration si vous la ratez. Vous voyez TINA et FOMO se cachent partout !

Vous prenez l'air de celui qui se pose des questions : oui, en effet, comment est-ce possible que la Bourse continue sa progression ? Voire même dépasse certains seuils historiques, alors qu'il y a le variant Omicron, qu'il y a la 4ème vague, qu'en Chine il y a un ralentissement et même un krach des promoteurs immobiliers, que l'inflation est de retour, qu'il y a un risque de voir les taux d'intérêt augmenter... Bref, n'en jetez plus : en un mot comme un cent la Bourse serait folle. Pendant que vos invités y vont de leur explication, vous venez ensuite les rassurer. En fait, c'est simple, si la Bourse est en lévitation, c'est à cause de TINA, de FOMO et du PUT selon l'excellent chroniqueur boursier Marc Fiorentino. Trois acronymes donc, pour un effet étonnement 100% garanti ! TINA, c'est l'acronyme de There Is No Alternative. En effet, essayez de trouver un placement, en-dehors de l'immobilier, qui rapporte de l'argent aujourd'hui. C'est quasi impossible hormis la Bourse et la brique ; et donc, la Bourse bénéficie de cette absence d'alternative. Le FOMO, c'est l'acronyme de l'expression anglaise Fear Of Missing Out, qu'on peut traduire par la "peur de passer à côté". A côté de quoi ? Mais de la hausse boursière, pardi ! Oui, vos calculs vous montrent que la Bourse est chère, trop chère même, mais il n'y a rien à faire : les indices continuent de monter et même si c'est parfois illogique, vous vous dites que si vous sortez de la Bourse, vous allez rater la hausse. C'est ce sentiment de frustration potentiel qui nourrit donc aussi la hausse boursière. D'ailleurs, il n'y a pas qu'en Bourse que le FOMO fonctionne. Regardez bêtement votre smartphone, il a été conçu par des ingénieurs designers diaboliques en Californie. Le FOMO, c'est au fond cette drogue qui ne dit pas son nom et qui est utilisée par les fabricants d'applications qui, en nous envoyant toutes les minutes des notifications, nous gardent collés à notre smartphone car nous avons peur de rater un soi-disant message important. C'est ça le Fear Of Missing Out (ou la peur de passer à côté, en bon français).Il reste encore le 3ème moteur de la Bourse et qui tient en 3 lettres : PUT. Non, non, ce n'est pas ce que vous croyez, le put est un instrument financier qui protège contre la baisse. Donc les investisseurs n'ont pas trop peur d'une éventuelle baisse car les banques centrales sont là pour éviter un véritable krach boursier, elles feront tout pour nous éviter ça ! Ce n'est pas à proprement parler un put mais ça y ressemble fort quand même.Donc, oui, retenez bien ça : si la Bourse est en lévitation, c'est grâce à TINA, au FOMO et au PUT. Si avec cela, vous n'avez pas un diner animé, j'ai raté ma vocation. Et ma vocation est simple : faire en sorte que cette chronique économique n'ait pas d'alternative et que vous ayez le sentiment de frustration si vous la ratez. Vous voyez TINA et FOMO se cachent partout !