Rob Heyvaert, actuellement président exécutif du groupe de capital-investissement Motive Partners, a créé Cimad Consultants en 1988, une société spécialisée dans l'IT, qu'il a vendue à IBM en 1998. Ensuite, avec Capco, il s'est concentré sur le conseil en technologie pour les groupes financiers. En 2006, American Symphony Technology Group a pris la direction de Capco, qui a été vendue au groupe IT FIS en 2010.

En 2017, Rob Heyvaert a lancé le groupe de capital-investissement Motive Partners avec certains collaborateurs de FIS. Un premier fonds d'investissement a collecté 485 millions de dollars. Un second vise 1,5 milliard de dollars. Motive Partners investit seul ou avec un consortium dans dix entreprises, comme la plateforme logicielle InvestCloud et le gestionnaire de données financières Dun & Bradstreet, qui a depuis été vendu.

Le mois dernier, l'investisseur Apollo Global Management a investi 24,9 % dans Motive Partners, qui est désormais évalué à 1 milliard de dollars. Le gestionnaire de plus de 400 milliards de dollars d'actifs utilise également l'expertise de Motive Partners pour ses propres investissements. En outre, Rob Heyvaert est sur le point d'acquérir une entreprise de technologie financière de premier plan, dont le chiffre d'affaires se situe entre 1,5 et 2 milliards de dollars.

Rob Heyvaert possède un penthouse sur Bond Street à New York, une résidence dans les Hamptons et un yacht de 45 mètres. Nous l'avons rencontré dans un restaurant d'Anvers, non loin de sa villa de Wilrijk. Il y vit deux semaines par an, le temps de rendre visite à sa famille et à ses amis. "Mes racines se trouvent à Anvers. Lorsque je suis allé travailler pour la FIS à New York en 2015, j'ai cité Jacques Brel: "La difficulté pour aller de Vilvorde à Hong Kong, ce n'est pas d'aller à Hong Kong, c'est de quitter Vilvorde." Un jour, je reviendrai peut-être plus souvent."

Que gardez-vous de vos années belges ?

ROB HEYVAERT. "Ce furent des années fascinantes. Avec Capco, nous avons pris le train des Fintechs en plein essor en 1998 (voir encadré "Les Fintechs réduisent d'un tiers les revenus des banques"). Nous nous sommes battus pour obtenir une place sur le marché. Après la crise bancaire de 2008, nous avons connu une croissance deux fois plus rapide car les banques voulaient éviter une catastrophe. Après la vente de Capco à FIS, j'ai dirigé la plus grande division jusqu'en 2015, ce qui équivaut à un chiffre d'affaires de 2,8 milliards de dollars et 35 000 personnes. C'était un défi, et j'ai beaucoup appris."

De nombreux actionnaires étaient mécontents car Capco avait perdu une grande partie de sa valeur lors d'une opération précédente impliquant Symphony Technology Group.

"En 2002, le krach qui a suivi la bulle Internet a touché de nombreuses entreprises IT. La confiance a disparu, tout comme le capital. Capco n'a pu se relever qu'en 2006 avec la recapitalisation par Symphony Technology Group. Les actionnaires de la première heure ont effectivement perdu de l'argent. Mon propre capital était également dans l'entreprise. Sans cette relance, j'aurais aussi tout perdu.

Après sa vente à FIS en 2010, Capco a encore repris du poil de la bête. Capco jouit d'une bonne réputation auprès des groupes financiers de New York et de Londres, est active dans trente pays et a été vendue en mars pour 1,4 milliard de dollars à l'entreprise indienne Wipro. J'ai l'impression que les Belges, à l'exception des banquiers, n'ont jamais vraiment compris quelle pépite nous avions créée ici, à Anvers."

Après Capco, vous vous êtes lancé le défi Motive Partners. Quelle est la différence avec les autres acteurs du capital-investissement ?

"Motive Partners est le premier groupe de capital-investissement de cette ampleur à créer de la valeur opérationnelle en plus de la valeur financière. Grâce à notre expertise financière et à un enrichissement mutuel en interne, nous contribuons à façonner l'innovation qui renforce nos participations. Nous avons une meilleure vue sur les acquisitions. Le marché regorge de capitaux. Le capital-investissement a du mal à trouver de bonnes affaires. Grâce à nos connaissances opérationnelles approfondies, nous sélectionnons les investissements présentant une valeur ajoutée opérationnelle potentielle et donc des opportunités de croissance."

Auriez-vous un exemple ?

"Prenons Dun & Bradstreet, un vieil habitué du capitalisme américain qui s'embourbait. Nous avons retiré l'entreprise de la bourse. Notre directeur a réduit de 250 millions de dollars les frais généraux, tels que les bâtiments prestigieux mais inutiles dans trop de villes. L'argent gagné a été investi dans des technologies permettant une utilisation plus efficace des données. Les bénéfices ont augmenté de 35 % en un an et demi. Nous avons remis une tout autre entreprise en bourse."

Les fonds de Motive Partners sont le promoteur d'une special purpose acquisition company ou spac, une société-écran qui a levé 484 millions de dollars de capitaux. Pourquoi travailler selon une telle méthode ?

"Après une acquisition par notre spac, la société est immédiatement cotée à la bourse de New York. Avec la spac, nous pouvons aller plus loin qu'avec nos fonds. Ceux-ci ont acheté dix entreprises à un prix moyen de 150 millions de dollars. La spac nous donne, ainsi qu'à d'autres investisseurs, la possibilité d'acheter une entreprise technologique mature d'une valeur de 1,5 à 2 milliards de dollars.

Cela peut se faire rapidement, sans les longueurs juridiques d'une entrée en bourse. De nombreuses entreprises qui entrent en bourse via un spac sont de véritables merveilles. Elles deviennent enfin publiques et peuvent être mieux financées via la bourse. Nos investisseurs comptent sur notre expertise en matière de fintech pour donner à l'entreprise acquise un boost financier et opérationnel. Au cours des vingt dernières années, les investissements dans les entreprises en croissance de ce type ont été les plus rentables, plus que dans les start-ups."

Le but des formalités juridiques n'est-il pas de protéger les investisseurs ?

"Il est question d'investisseurs institutionnels bien informés, qui nous confient au moins 10 millions de dollars. Avec la plupart des spac, les promoteurs visent une rémunération de 10 % en cas d'acquisition réussie. Nous investissons nous-mêmes 100 millions de dollars dans la spac. Nous prenons donc nous aussi un risque. Ce risque est limité. Après la reprise de la spac, le promoteur doit annoncer son objectif de reprise dans les deux ans. Dans le cas contraire, les investisseurs récupèrent leur dépôt."

Cette technique ne pousse-t-elle pas à mener une reprise rapide ? The Economist critique également la qualité des rachats effectués par ces entreprises.

"L'entrée dans notre spac n'est pas un véritable chèque en blanc, car l'investisseur peut demander à récupérer son argent. Une fois que Motive a annoncé la société qu'elle souhaite acquérir, la période dite de "de-spac" de six mois commence. Les autres investisseurs peuvent retirer leur capital de notre spac au prix d'entrée. Ce n'est pas toujours le cas avec ce type de véhicule.

Nous donnons donc les garanties suffisantes pour éviter un échec. Des joueurs de hockey et de basket font aussi la promotion d'une spac. Ils vont disparaître. Les spac deviendront des véhicules d'investissement classiques et matures. L'organisme de surveillance des marchés boursiers en assurera la supervision. L'attention grandira. Peut-être qu'un jour la bulle se dégonflera lentement, par manque d'intérêt. C'est ainsi. Personne ne fera faillite".

Outre Londres et New York, Motive Partners possède également une succursale à Louvain. Pourquoi ?

"C'est notre cellule innovation, où travaillent quatorze personnes sous la direction d'Etienne Castiaux. Il était vice-président de Clear2Pay avant que FIS ne prenne le relais de Jürgen Ingels en 2014. L'équipe de Louvain accompagne les entreprises sous Motive dans leur transformation. C'est grâce à elle que le projet Dun & Bradstreet a été aussi fructueux."

Y a-t-il eu des moments où vous ne pouviez plus voir la lumière au bout du tunnel ?

"C'est certain. Un mois après le lancement de Cimad, la guerre du Golfe éclatait. Nos services informatiques n'intéressaient plus personne. Capco a eu son moment charnière après le crash des entreprises technologiques. C'est là que j'ai appris à prendre des décisions difficiles, comme le licenciement de la moitié de ses mille employés. Lorsque la pandémie de covid-19 a démarré, j'ai eu peur que les capitaux ne se tarissent à nouveau. Je ne pouvais pas avoir plus tort. Les investissements dans la numérisation des canaux de vente et de gestion ont augmenté de manière exponentielle. C'est ma confiance absolue en mon entreprise qui me fait tenir durant les moments difficiles."

"Motive Partners est le premier groupe de capital-investissement de cette ampleur à créer de la valeur opérationnelle en plus de la valeur financière.", Bart Heynen
"Motive Partners est le premier groupe de capital-investissement de cette ampleur à créer de la valeur opérationnelle en plus de la valeur financière." © Bart Heynen

Avez-vous parfois craint que votre entreprise, comme celle de votre mère autrefois, ne fasse faillite ?

"En quelque sorte. À l'apogée, ma mère avait une boutique de vêtements florissante. Après la fermeture, elle est devenue serveuse dans un café. Elle ne s'est jamais plainte. L'échec n'est pas une erreur. Cela me motive à être résilient. Les Américains adorent ce mode de pensée. Ça ne va pas? So what. You learn from it."

Quand avez-vous commis des erreurs ?

"Autrefois, je voulais tout contrôler. En agissant de la sorte, je n'étais jamais satisfait, et je démotivais mes collaborateurs. J'ai appris à déléguer, à faire confiance et à laisser beaucoup d'autonomie aux employés, même pour les décisions vraiment importantes. Des résolutions que je n'aurais jamais pu prendre auparavant."

Vous avez 57 ans. Combien de temps allez-vous rester en activité ?

"Au moins encore dix à quinze ans, si ma santé le permet."

Vous ne le faites toutefois pas pour vos enfants. Vous avez un jour dit que les trois quarts de votre héritage iront à des organismes caritatifs.

"Je laisserai à mes enfants un fonds fiduciaire confortable, mais pas une fortune gigantesque. Ça ne serait pas sain. L'essentiel sera consacré à de bonnes causes, comme la lutte contre le VIH. Je trouve qu'il est important d'accumuler du capital, mais je veux donner quelque chose en retour à la société. La pandémie n'a fait qu'approfondir le fossé entre les riches et les pauvres. Je prône la redistribution. Il suffit de constater à quel point il est facile d'éviter de payer des impôts aux États-Unis. Pas de souci, l'impôt sur la fortune peut augmenter. Je ne crois pas en la légende selon laquelle la richesse des riches crée automatiquement la prospérité pour les pauvres. Des taxes sont nécessaires. Tax the rich.

Le site De Rijkste Belgen évalue votre fortune à 80 millions d'euros. Cela nous semble un peu peu.

"C'est amusant. En effet, c'est un peu peu après 30 ans dans les affaires."

Le fait que vous soyez mariée à un homme et que vous ayez deux enfants est-il accepté aux États-Unis ?

"On me regarde parfois un peu bizarrement quand je mentionne "my husband" en réunion. À New York, il n'est pas rare de croiser un couple gay avec enfants. Mais nous ne déménagerons jamais au Nebraska ou en Alabama."

Biographie

- 57 ans

- Marié au photographe Bart Heynen, deux enfants

- 1988 : Fondation de Cimad Consultants

- 1995 : vente de Cimad Consultants à IBM

- 1998 : Fondation de Capco

- 2006 : Recapitalisation de Capco avec le fonds d'investissement Symphony Technology Group

- 2010 : Capco est racheté par FIS

- 2010-2015 : vice-président exécutif de FIS Global Financial Solutions

- 2016 : CEO de l'entreprise de capital-investissement Motive Partners.

- Hobbys : art, sport...

"Les Fintechs démocratiseront les banques"

Rob Heyvaert voit le paysage des Fintechs changer profondément : "Au cours des trente dernières années, la plupart des meilleurs talents ont afflué vers le secteur financier, où les salaires sont plus élevés. Aujourd'hui, ces talents lancent leurs propres entreprises fintech avec les connaissances acquises. Ce qui est chouette, c'est qu'il y a dix fois plus de capitaux et de possibilités technologiques disponibles qu'il y a, disons, dix ans. Les possibilités sont infinies. Dans cinq à dix ans, la banque sera complètement différente d'aujourd'hui.

Les banques apprendront à mieux connaître les besoins de leurs clients grâce à l'analyse des données. Elles pourront ainsi offrir davantage d'options, telles que la gestion de patrimoine et d'autres services financiers spécialisés adaptés à chaque client. Rob Heyvaert : "Aujourd'hui, ces services sont réservés aux super-riches. Les Fintechs démocratisent les services financiers. Des entreprises telles que PayPal bouleversent les banques traditionnelles et les sociétés de cartes de crédit. Un tiers des revenus des banques disparaîtra à cause de l'augmentation de la concurrence. Le consommateur en bénéficiera."

De nombreux systèmes bancaires IT sont des silos de produits et ne sont pas conçus pour une approche globale favorable au client. De nombreuses banques travaillent donc à une nouvelle architecture IT. KBC et Belfius donnent l'impression d'avoir déjà fait des pas de géant. "Ils font peut-être de gros investissements, mais ne me dites pas qu'ils ont déjà une approche hyperpersonnalisée", déclare Rob Heyvaert. "Il reste encore beaucoup à faire. En termes de baseball, nous sommes dans la first inning. Certains systèmes informatiques ont trente ans. Les remplacer prend du temps."

Les entreprises comme Amazon et Apple sont également bien placées pour créer une banque. "Pourquoi le feraient-elles s'ils réalisent aujourd'hui une marge de 40 % sur leurs produits et qu'aucun régulateur ne les surveille ?", estime Rob Heyvaert. "La big tech peut exploiter ses données en partenariat avec les institutions financières. Les entreprises comme Amazon deviennent des marchés où l'acheteur et le vendeur se retrouvent virtuellement. Elles peuvent offrir aux consommateurs une gamme plus large et moins chère de produits et de services. C'est l'avenir. Dans vingt ans, il n'y aura plus que ça."

Certaines banques ne veulent pas choisir un marché, mais en créer un elles-mêmes. Rob Heyvaert : "Les banques bien établies au niveau local peuvent peut-être y penser, comme KBC et Belfius. Mais elles ne doivent pas commettre l'erreur de devenir un marché fermé. Même si cela cannibalise leurs propres ventes, c'est le seul moyen de créer un marché prospère. Elles doivent proposer des produits tiers, et s'assurer que sa propre gamme est meilleure. Si j'étais le CEO de KBC, j'oserais le faire."

Rob Heyvaert, actuellement président exécutif du groupe de capital-investissement Motive Partners, a créé Cimad Consultants en 1988, une société spécialisée dans l'IT, qu'il a vendue à IBM en 1998. Ensuite, avec Capco, il s'est concentré sur le conseil en technologie pour les groupes financiers. En 2006, American Symphony Technology Group a pris la direction de Capco, qui a été vendue au groupe IT FIS en 2010.En 2017, Rob Heyvaert a lancé le groupe de capital-investissement Motive Partners avec certains collaborateurs de FIS. Un premier fonds d'investissement a collecté 485 millions de dollars. Un second vise 1,5 milliard de dollars. Motive Partners investit seul ou avec un consortium dans dix entreprises, comme la plateforme logicielle InvestCloud et le gestionnaire de données financières Dun & Bradstreet, qui a depuis été vendu.Le mois dernier, l'investisseur Apollo Global Management a investi 24,9 % dans Motive Partners, qui est désormais évalué à 1 milliard de dollars. Le gestionnaire de plus de 400 milliards de dollars d'actifs utilise également l'expertise de Motive Partners pour ses propres investissements. En outre, Rob Heyvaert est sur le point d'acquérir une entreprise de technologie financière de premier plan, dont le chiffre d'affaires se situe entre 1,5 et 2 milliards de dollars.Rob Heyvaert possède un penthouse sur Bond Street à New York, une résidence dans les Hamptons et un yacht de 45 mètres. Nous l'avons rencontré dans un restaurant d'Anvers, non loin de sa villa de Wilrijk. Il y vit deux semaines par an, le temps de rendre visite à sa famille et à ses amis. "Mes racines se trouvent à Anvers. Lorsque je suis allé travailler pour la FIS à New York en 2015, j'ai cité Jacques Brel: "La difficulté pour aller de Vilvorde à Hong Kong, ce n'est pas d'aller à Hong Kong, c'est de quitter Vilvorde." Un jour, je reviendrai peut-être plus souvent."Que gardez-vous de vos années belges ?ROB HEYVAERT. "Ce furent des années fascinantes. Avec Capco, nous avons pris le train des Fintechs en plein essor en 1998 (voir encadré "Les Fintechs réduisent d'un tiers les revenus des banques"). Nous nous sommes battus pour obtenir une place sur le marché. Après la crise bancaire de 2008, nous avons connu une croissance deux fois plus rapide car les banques voulaient éviter une catastrophe. Après la vente de Capco à FIS, j'ai dirigé la plus grande division jusqu'en 2015, ce qui équivaut à un chiffre d'affaires de 2,8 milliards de dollars et 35 000 personnes. C'était un défi, et j'ai beaucoup appris."De nombreux actionnaires étaient mécontents car Capco avait perdu une grande partie de sa valeur lors d'une opération précédente impliquant Symphony Technology Group. "En 2002, le krach qui a suivi la bulle Internet a touché de nombreuses entreprises IT. La confiance a disparu, tout comme le capital. Capco n'a pu se relever qu'en 2006 avec la recapitalisation par Symphony Technology Group. Les actionnaires de la première heure ont effectivement perdu de l'argent. Mon propre capital était également dans l'entreprise. Sans cette relance, j'aurais aussi tout perdu.Après sa vente à FIS en 2010, Capco a encore repris du poil de la bête. Capco jouit d'une bonne réputation auprès des groupes financiers de New York et de Londres, est active dans trente pays et a été vendue en mars pour 1,4 milliard de dollars à l'entreprise indienne Wipro. J'ai l'impression que les Belges, à l'exception des banquiers, n'ont jamais vraiment compris quelle pépite nous avions créée ici, à Anvers."Après Capco, vous vous êtes lancé le défi Motive Partners. Quelle est la différence avec les autres acteurs du capital-investissement ? "Motive Partners est le premier groupe de capital-investissement de cette ampleur à créer de la valeur opérationnelle en plus de la valeur financière. Grâce à notre expertise financière et à un enrichissement mutuel en interne, nous contribuons à façonner l'innovation qui renforce nos participations. Nous avons une meilleure vue sur les acquisitions. Le marché regorge de capitaux. Le capital-investissement a du mal à trouver de bonnes affaires. Grâce à nos connaissances opérationnelles approfondies, nous sélectionnons les investissements présentant une valeur ajoutée opérationnelle potentielle et donc des opportunités de croissance."Auriez-vous un exemple ?"Prenons Dun & Bradstreet, un vieil habitué du capitalisme américain qui s'embourbait. Nous avons retiré l'entreprise de la bourse. Notre directeur a réduit de 250 millions de dollars les frais généraux, tels que les bâtiments prestigieux mais inutiles dans trop de villes. L'argent gagné a été investi dans des technologies permettant une utilisation plus efficace des données. Les bénéfices ont augmenté de 35 % en un an et demi. Nous avons remis une tout autre entreprise en bourse."Les fonds de Motive Partners sont le promoteur d'une special purpose acquisition company ou spac, une société-écran qui a levé 484 millions de dollars de capitaux. Pourquoi travailler selon une telle méthode ? "Après une acquisition par notre spac, la société est immédiatement cotée à la bourse de New York. Avec la spac, nous pouvons aller plus loin qu'avec nos fonds. Ceux-ci ont acheté dix entreprises à un prix moyen de 150 millions de dollars. La spac nous donne, ainsi qu'à d'autres investisseurs, la possibilité d'acheter une entreprise technologique mature d'une valeur de 1,5 à 2 milliards de dollars.Cela peut se faire rapidement, sans les longueurs juridiques d'une entrée en bourse. De nombreuses entreprises qui entrent en bourse via un spac sont de véritables merveilles. Elles deviennent enfin publiques et peuvent être mieux financées via la bourse. Nos investisseurs comptent sur notre expertise en matière de fintech pour donner à l'entreprise acquise un boost financier et opérationnel. Au cours des vingt dernières années, les investissements dans les entreprises en croissance de ce type ont été les plus rentables, plus que dans les start-ups."Le but des formalités juridiques n'est-il pas de protéger les investisseurs ? "Il est question d'investisseurs institutionnels bien informés, qui nous confient au moins 10 millions de dollars. Avec la plupart des spac, les promoteurs visent une rémunération de 10 % en cas d'acquisition réussie. Nous investissons nous-mêmes 100 millions de dollars dans la spac. Nous prenons donc nous aussi un risque. Ce risque est limité. Après la reprise de la spac, le promoteur doit annoncer son objectif de reprise dans les deux ans. Dans le cas contraire, les investisseurs récupèrent leur dépôt."Cette technique ne pousse-t-elle pas à mener une reprise rapide ? The Economist critique également la qualité des rachats effectués par ces entreprises. "L'entrée dans notre spac n'est pas un véritable chèque en blanc, car l'investisseur peut demander à récupérer son argent. Une fois que Motive a annoncé la société qu'elle souhaite acquérir, la période dite de "de-spac" de six mois commence. Les autres investisseurs peuvent retirer leur capital de notre spac au prix d'entrée. Ce n'est pas toujours le cas avec ce type de véhicule.Nous donnons donc les garanties suffisantes pour éviter un échec. Des joueurs de hockey et de basket font aussi la promotion d'une spac. Ils vont disparaître. Les spac deviendront des véhicules d'investissement classiques et matures. L'organisme de surveillance des marchés boursiers en assurera la supervision. L'attention grandira. Peut-être qu'un jour la bulle se dégonflera lentement, par manque d'intérêt. C'est ainsi. Personne ne fera faillite".Outre Londres et New York, Motive Partners possède également une succursale à Louvain. Pourquoi ? "C'est notre cellule innovation, où travaillent quatorze personnes sous la direction d'Etienne Castiaux. Il était vice-président de Clear2Pay avant que FIS ne prenne le relais de Jürgen Ingels en 2014. L'équipe de Louvain accompagne les entreprises sous Motive dans leur transformation. C'est grâce à elle que le projet Dun & Bradstreet a été aussi fructueux."Y a-t-il eu des moments où vous ne pouviez plus voir la lumière au bout du tunnel ? "C'est certain. Un mois après le lancement de Cimad, la guerre du Golfe éclatait. Nos services informatiques n'intéressaient plus personne. Capco a eu son moment charnière après le crash des entreprises technologiques. C'est là que j'ai appris à prendre des décisions difficiles, comme le licenciement de la moitié de ses mille employés. Lorsque la pandémie de covid-19 a démarré, j'ai eu peur que les capitaux ne se tarissent à nouveau. Je ne pouvais pas avoir plus tort. Les investissements dans la numérisation des canaux de vente et de gestion ont augmenté de manière exponentielle. C'est ma confiance absolue en mon entreprise qui me fait tenir durant les moments difficiles."Avez-vous parfois craint que votre entreprise, comme celle de votre mère autrefois, ne fasse faillite ? "En quelque sorte. À l'apogée, ma mère avait une boutique de vêtements florissante. Après la fermeture, elle est devenue serveuse dans un café. Elle ne s'est jamais plainte. L'échec n'est pas une erreur. Cela me motive à être résilient. Les Américains adorent ce mode de pensée. Ça ne va pas? So what. You learn from it."Quand avez-vous commis des erreurs ? "Autrefois, je voulais tout contrôler. En agissant de la sorte, je n'étais jamais satisfait, et je démotivais mes collaborateurs. J'ai appris à déléguer, à faire confiance et à laisser beaucoup d'autonomie aux employés, même pour les décisions vraiment importantes. Des résolutions que je n'aurais jamais pu prendre auparavant."Vous avez 57 ans. Combien de temps allez-vous rester en activité ? "Au moins encore dix à quinze ans, si ma santé le permet."Vous ne le faites toutefois pas pour vos enfants. Vous avez un jour dit que les trois quarts de votre héritage iront à des organismes caritatifs. "Je laisserai à mes enfants un fonds fiduciaire confortable, mais pas une fortune gigantesque. Ça ne serait pas sain. L'essentiel sera consacré à de bonnes causes, comme la lutte contre le VIH. Je trouve qu'il est important d'accumuler du capital, mais je veux donner quelque chose en retour à la société. La pandémie n'a fait qu'approfondir le fossé entre les riches et les pauvres. Je prône la redistribution. Il suffit de constater à quel point il est facile d'éviter de payer des impôts aux États-Unis. Pas de souci, l'impôt sur la fortune peut augmenter. Je ne crois pas en la légende selon laquelle la richesse des riches crée automatiquement la prospérité pour les pauvres. Des taxes sont nécessaires. Tax the rich.Le site De Rijkste Belgen évalue votre fortune à 80 millions d'euros. Cela nous semble un peu peu. "C'est amusant. En effet, c'est un peu peu après 30 ans dans les affaires."Le fait que vous soyez mariée à un homme et que vous ayez deux enfants est-il accepté aux États-Unis ? "On me regarde parfois un peu bizarrement quand je mentionne "my husband" en réunion. À New York, il n'est pas rare de croiser un couple gay avec enfants. Mais nous ne déménagerons jamais au Nebraska ou en Alabama."