ING qui supprime plus de 3.000 jobs en trois ans, Axa qui paie ses " vieux " pour rester chez eux, BNP Paribas Fortis qui va fermer 40 % de ses agences... Les banquiers ont déjà connu des jours plus tranquilles. En cause : la digitalisation, disent-ils en choeur. Smartphone, fintech, robots : la vague numérique déboule partout et fait des ravages à tous les étages. Rien que sur les 12 derniers mois, le nombre d'abonnements à la banque mobile a bondi de plus d'un million. Le cap des sept millions est désormais franchi. Selon la fédération des banques (Febelfin), quatre Belges sur cinq disent utiliser une ou plusieurs applications mobiles. D'un autre côté, la fréquentation des agences est en chute libre : 17 % de contacts en moins avec les clients l'an dernier chez BNP Paribas Fortis. Du coup, première banque du pays avec 13.000 salariés, BNP Paribas Fortis prévoit de supprimer 20 % de ses effectifs d'ici fin 2021, avec comme objectif de s'aligner sur ses concurrentes directes (ING, Belfius) qui tournent déjà aujourd'hui avec moitié moins de personnel.
...