Au sein de toute institution financière, la gestion des risques incombe en dernier ressort au conseil d'administration. Il y a 10 ans, cette gestion s'est avérée à ce point défaillante que le gouvernement a dû voler au secours de Fortis, Dexia, KBC et ING. Et le paysage bancaire belge en a été grandement modifié. Le groupe français BNP Paribas a racheté Fortis, les activités belges de Dexia ont été nationalisées sous le pavillon Belfius, KBC a recentré ses activités sur la bancassurance tandis qu'ING a été contrainte de se défaire de sa branche assurance. Cela pourrait expliquer pourquoi, une décennie après les événements, les dirigeants actuels de ces institutions se sont montrés quelque peu agacés à l'idée de reprendre le débat sur la sécurité, l'avenir et les défis du secteur bancaire...
...