La banque veut atteindre le seuil de rentabilité d'ici 2026, a indiqué la direction mardi à l'occasion de la convocation à l'assemblée annuelle qui se déroulera le mois prochain.

Lancée en 2011, NewB a mis du temps à obtenir une licence bancaire qui n'est arrivée qu'en 2020. La banque s'est d'abord concentrée sur le financement des particuliers mais également des organisations de la société civile et des investisseurs institutionnels.

Le régulateur bancaire a désormais déterminé que NewB avait besoin de fonds supplémentaires. "Nous sommes à la recherche d'une augmentation de capital de 40 millions d'euros cette année", a précisé le CEO Thierry Smets. "Ce montant que nous avons déterminé avec le régulateur doit couvrir nos besoins pour les quatre prochaines années."

L'argent est nécessaire pour un "scénario de rentabilité en 2026", après 2 à 3 années de pertes.

La banque n'a pas encore enregistré d'engagements formels mais Thierry Smets se dit confiant pour atteindre le montant attendu. Des discussions ont notamment déjà eu lieu avec des investisseurs institutionnels et les perspectives sont bonnes, selon le CEO.

La banque veut atteindre le seuil de rentabilité d'ici 2026, a indiqué la direction mardi à l'occasion de la convocation à l'assemblée annuelle qui se déroulera le mois prochain.Lancée en 2011, NewB a mis du temps à obtenir une licence bancaire qui n'est arrivée qu'en 2020. La banque s'est d'abord concentrée sur le financement des particuliers mais également des organisations de la société civile et des investisseurs institutionnels. Le régulateur bancaire a désormais déterminé que NewB avait besoin de fonds supplémentaires. "Nous sommes à la recherche d'une augmentation de capital de 40 millions d'euros cette année", a précisé le CEO Thierry Smets. "Ce montant que nous avons déterminé avec le régulateur doit couvrir nos besoins pour les quatre prochaines années." L'argent est nécessaire pour un "scénario de rentabilité en 2026", après 2 à 3 années de pertes. La banque n'a pas encore enregistré d'engagements formels mais Thierry Smets se dit confiant pour atteindre le montant attendu. Des discussions ont notamment déjà eu lieu avec des investisseurs institutionnels et les perspectives sont bonnes, selon le CEO.