C'est la tendance du moment dans l'industrie bancaire : la banque en marque blanche, le "Banking-as-a-Service" comme disent les spécialistes, c'est-à-dire permettre à des acteurs non bancaires de proposer directement à leurs clients des services financiers. Dernier exemple en date : Mozzeno. A côté de ses services de plateforme de financement collaboratif, la fintech belge propose désormais aussi des prêts professionnels en marque blanche, comme elle le fait déjà en matière de prêts personnels avec la société Wilink, spécialisée dans le conseil financier.
...

C'est la tendance du moment dans l'industrie bancaire : la banque en marque blanche, le "Banking-as-a-Service" comme disent les spécialistes, c'est-à-dire permettre à des acteurs non bancaires de proposer directement à leurs clients des services financiers. Dernier exemple en date : Mozzeno. A côté de ses services de plateforme de financement collaboratif, la fintech belge propose désormais aussi des prêts professionnels en marque blanche, comme elle le fait déjà en matière de prêts personnels avec la société Wilink, spécialisée dans le conseil financier. Comme l'explique Xavier Laoureux, co-fondateur de Mozzeno, "cette solution en marque blanche permet aux entreprises partenaires de faire bénéficier leurs clients d'une solution de prêt complètement intégrée à leur environnement. Pour le client du partenaire, l'intérêt est de bénéficier d'une offre de service complémentaire, disponible au sein d'un environnement qu'il connaît et utilise." Dit autrement, le client a l'impression qu'il est sur le site du partenaire alors que, derrière, c'est Mozzeno qui s'occupe de tous les aspects du prêt, aussi bien opérationnels que réglementaires. Le logo et les couleurs du partenaire sont utilisés pour personnaliser l'expérience client sur la plateforme de Mozzeno. En sens inverse, "pour le partenaire, c'est l'opportunité d'augmenter la valeur ajoutée apportée à ses clients, de les fidéliser et d'augmenter ses revenus, puisque Mozzeno le rémunère sous la forme d'une commission sur les prêts apportés", indique Xavier Laoureux.Trois partenairesPour le lancement de ce nouveau service (B2B), Mozzeno s'est associée avec trois premiers partenaires : le secrétariat social Partena Professional, la fintech Accountable et l'invest du Brabant wallon Invest.BW. Parmi ces 3 nouveaux partenariats, celui avec Invest.BW va encore une étape plus loin. En effet, les prêts octroyés sont financés par l'invest avec ses fonds et non pas par la communauté d'investisseurs de Mozzeno. Quant au montant des prêts accordés, ils peuvent couvrir une demande allant de 5.000 à 100.000 euros pour des objectifs comme du fonds de roulement, le financement d'un véhicule ou d'autres équipements et services, tels que par exemple "l'achat d'un motoculteur par un jardinier ou le financement de l'utilisation d'une licence Odoo par une petite PME", illustre Xavier Laoureux, précisant que le prêt peut être soit complémentaire à un financement bancaire, venant alors en second rang, ou alternatif pour le financement de plus petits projets.Doubler son portefeuilleCréée en 2017, Mozzeno est devenue en cinq ans la première plateforme belge de financement collaboratif qui permet à des particuliers de financer indirectement les projets d'autres particuliers ou d'autres professionnels. Un créneau sur lequel elle intervient sous sa marque propre, en direct auprès particuliers. Avec un succès appréciable puisque, depuis son lancement, la plateforme a déjà octroyé 6.500 prêts collaboratifs pour plus de 60 millions d'euros, et emploie une vingtaine de personnes. Jouant donc la carte de la diversification avec un nouveau service B2B, son objectif pour 2022 est de doubler la taille de ce portefeuille de prêts. En effet, "l'idée avec notre nouvelle solution de crédit proposée en marque blanche est d'utiliser la confiance de la communauté de clients du partenaire pour en acquérir de nouveaux sans devoir passer par la case marketing pour développer la confiance que ces clients pourraient avoir dans Mozzeno", avance Xavier Laoureux.