Valorisée en Bourse de Luxembourg, Luxempart gère un portefeuille de participations cotées et non cotées. Ses activités reposent sur deux piliers: les investissements directs et les fonds d'investissement. Elle est historiquement active au Grand-Duché, en Belgique, France, Allemagne, Suisse, Autriche et au nord de l'Italie. Mais ces dernières années, elle a entamé une plus forte internationalisation de ses activités via son fonds d'investissement qui l'emmène de plus en plus outre-Atlantique ainsi qu'en Asie. En 2020, exercice marqué par la crise sanitaire, le portefeuille de Luxempart a bien résisté. Plus de 50% de ses sociétés ont augmenté leurs ventes et plus de 60% ont amélioré leurs résultats.
...

Valorisée en Bourse de Luxembourg, Luxempart gère un portefeuille de participations cotées et non cotées. Ses activités reposent sur deux piliers: les investissements directs et les fonds d'investissement. Elle est historiquement active au Grand-Duché, en Belgique, France, Allemagne, Suisse, Autriche et au nord de l'Italie. Mais ces dernières années, elle a entamé une plus forte internationalisation de ses activités via son fonds d'investissement qui l'emmène de plus en plus outre-Atlantique ainsi qu'en Asie. En 2020, exercice marqué par la crise sanitaire, le portefeuille de Luxempart a bien résisté. Plus de 50% de ses sociétés ont augmenté leurs ventes et plus de 60% ont amélioré leurs résultats. Le premier semestre de cette année incite également à l'optimisme comme le confirment John Penning et Olaf Kordes, administrateurs délégués de Luxempart. "Ces très bons résultats et l'accroissement de la valeur de notre actif net traduisent certes une amélioration des marchés financiers et de la conjoncture économique globale, mais sont également dus à la forte amélioration de la profitabilité de nos sociétés de portefeuille, dont la grande majorité montre une progression de leurs résultats opérationnels. C'est le fruit d'un travail collectif intense, non seulement de l'équipe de Luxempart, mais également de toutes les sociétés dans lesquelles nous sommes investis." Le capital de Luxempart est détenu à hauteur de 50,4% par Foyer Finance, 23,9% par le public et les institutionnels, 16,6% par des actionnaires stables, 6,1% par le groupe Sofina et 3% en actions propres. "Notre groupe est actif dans le secteur de l'assurance, rappelle François Tesch, président de Luxempart. A l'origine, nous étions très axés sur le Grand- Duché. Mais au fil des années, avec le tissu économique local qui se modifiait, nous avons commencé à regarder au-delà de nos frontières et nous nous sommes naturellement dirigés vers les pays voisins: Belgique, Allemagne et France. L'avantage du Luxembourg est que l'on y comprend les langues et les cultures de ces pays. Il convient également de souligner que notre actionnariat est familial et stable. Notre stratégie en matière d'investissements est donc orientée vers des sociétés familiales avec une vision à long terme." Outre ses voisins, Luxempart s'est également intéressée depuis le début des années 2000 à la Suisse, à l'Allemagne et au nord de l'Italie, notamment sous l'impulsion du Belge Jo Santino, qui prendra sa retraite au printemps prochain. Celui-ci devrait cependant conserver encore quelques activités au sein du groupe, notamment sur le marché transalpin qu'il connaît bien. "Nous devons être attentifs aux choix que nous effectuons, poursuit John Penning. Dans notre métier, il faut trouver sa place puis justifier sa présence. L'approche que nous avons est entrepreneuriale et industrielle et nous accompagnons la croissance des entreprises dans la durée, et ce à toutes les phases de leur développement. De ce point de vue, l'aspect familial est important et transparaît dans nos actions, notamment en termes de flexibilité. Luxempart est vraiment le partenaire des familles et des entrepreneurs. Afin d'assurer la croissance des entreprises dans lesquelles nous investissons, nous veillons à la bonne gouvernance en nous appuyant sur des profils de qualité et compétents dans leur secteur. Nous n'avons pas besoin nécessairement d'être majoritaires, d'autant que cela peut être un souci pour des sociétés familiales qui désirent souvent conserver le contrôle. Il y a de plus en plus de co-investissements qui permettent de mitiger notre risque tout en nous permettant de jouer notre rôle d'actionnaire actif à long terme." Luxempart a ainsi noué des partenariats avec d'autres sociétés d'investissement telles qu'Armira, Ekkio, Bravo ou encore Quadrille. A l'heure actuelle, le core business de Luxempart demeure les investissements directs mais la société développe de plus en plus son second pilier, les fonds d'investissement. Ces derniers constituent une excellente porte d'entrée sur les marchés étrangers, notamment hors Europe. "En termes d'investissements directs, nous recherchons des entreprises qui recèlent un potentiel de croissance sur leur marché ainsi qu'à l'export, souligne Olaf Kordes. Nous n'avons pas, a priori, de secteurs privilégiés mais sommes cependant surtout actifs dans des domaines dans lesquels nous avons acquis au fil des ans une expérience et une expertise: les services financiers, industriels, dans les secteurs de la santé ainsi que de l'éducation. Ces deux derniers secteurs sont en forte croissance. Si l'on songe à la santé, avec le vieillissement de la population en Europe qui est une tendance forte, les besoins en termes de maisons de retraite et de soins ne feront que croître dans les années qui viennent." Les transactions réalisées par Luxempart s'élèvent en moyenne à 50 millions d'euros. Sa stratégie d'investissements porte sur des dossiers de grande taille où elle entend s'inscrire dans la durée. Les fonds d'investissement, eux, devront constituer à terme un tiers du portefeuille, contre un cinquième actuellement. La société a dédié à ce pôle une équipe spécifique, dont la mission est d'identifier les meilleurs fonds de private equity. Dans le rapport annuel 2020, l'objectif affiché est de consacrer bon an mal an entre 75 et 100 millions d'euros dans cinq à huit fonds d'investissement. L'effort portera principalement sur l'Amérique du Nord et sur l'Asie dans une moindre mesure. "Aller à l'international nous permet non seulement de diversifier notre portefeuille mais également d'accélérer de manière significative notre croissance", pointent les administrateurs délégués. Une croissance qui est au rendez-vous après une année compliquée par la crise sanitaire comme en témoignent les résultats récemment publiés, qui concernent les six premiers mois de 2021. Ainsi, Luxempart a investi 138 millions d'euros au cours de ce premier semestre, notamment dans Sogetrel, iM Global Partners et PflegeButler. Sogetrel est une société française leader dans la mise en service de réseaux de télécommunications, de systèmes de vidéosurveillance intelligente et de la gestion intelligente des espaces dans les villes. La société iM Global Partners est une plateforme de gestionnaires d'actifs donnant accès à une gamme de produits d'investissement et de gérants de fortunes en Europe et aux Etats-Unis. PflegeButler est une société allemande exploitant des résidences-services pour personnes âgées combinant sphères privées et services de soins ambulatoires selon les besoins individuels des résidents. Par ailleurs, Luxempart a procédé à quelques renforcements de participations notamment dans le fournisseur de composants pour l'industrie du transport Schaltbau, l'entreprise spécialisée dans les services informatiques SNP et la société active dans les solutions et technologies de refroidissement par liquide Technotrans. Last but not least, au cours de cette période, elle a également cédé certains de ses investissements directs pour un total d'environ 65 millions d'euros. Le portefeuille de fonds d'investissement représente 20% de l'actif net à fin juin 2021, qui s'élève à 1,9 milliard d'euros contre 1,7 milliard au 31 décembre 2020. Il se compose encore principalement de fonds d'investissement small & mid caps (petites et moyennes capitalisations) sponsorisés par Luxempart, que sont le français Ekkio, l'allemand Armira, l'italien Bravo Capital Partners et le belge Indufin Capital Partners. Ce dernier fonds a cédé ses participations dans NMC et Baobab Collection.Poursuivant sa stratégie consistant à développer un portefeuille diversifié de fonds d'investissements actifs en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, Luxempart a signé de nouveaux engagements au premier semestre de cette année pour un total de 54 millions d'euros, exclusivement hors Europe. Parmi les actualités plus récentes, notons que les fonds de private equity Hellman & Friedman ont annoncé vouloir lancer une offre publique d'acquisition de tous les titres Zooplus - leader européen de la vente en ligne de nourriture et accessoires pour animaux de compagnie - à un prix par action de 390 euros, ce qui représente une prime d'environ 40% par rapport au cours de Bourse du jour de l'annonce. Une offre qui valorise la participation de Luxempart à 93 millions d'euros, soit environ 28 millions de plus que sa valeur actuelle comptabilisée dans l'actif net au 30 juin 2021. De plus, des fonds du groupe Carlyle ont annoncé vouloir lancer une offre publique d'acquisition sur la société Schaltbau à un prix de 53,50 euros par action, ce qui représente une prime d'environ 35% par rapport au cours de Bourse du jour de l'annonce, valorisant la participation de Luxempart à environ 70 millions d'euros, soit environ 22 millions de plus que sa valeur actuelle dans l'actif net au 30 juin 2021. "Nous estimons que les perspectives pour notre activité resteront positives au cours des prochains mois. L'activité d'investissement en Europe reste très soutenue et nous comptons bien pouvoir continuer à concrétiser des projets de désinvestissement comme d'investissement avant la fin de l'année. Ces projets nous permettront de continuer à concentrer notre portefeuille sur un nombre de lignes plus restreint à taille unitaire plus importante. Nous nous efforçons d'exécuter la stratégie annoncée, afin de maintenir une croissance constante du patrimoine de nos actionnaires", concluent John Penning et Olaf Kordes.