Les Bourses européennes ont poursuivi leur rebond de la veille: Paris est monté de 5,01% et Francfort de 3,70%. La progression a été moins forte à Londres (+0,76%), à Milan (+1,71%) et à Madrid (+0,74%).

De leur côté, les taux d'emprunt des pays européens ont connu une détente généralisée. "En voyant que les taux de rendement obligataires se détendent, les investisseurs sont rassurés sur les marchés actions", explique à l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM.

Néanmoins, ce rebond est à relativiser, selon lui, car "il est lié en partie à des phénomènes techniques", en raison de l'expiration d'options et de contrats à terme en Europe et aux Etats-Unis, qui engendrent volume important et volatilité.

Premier signe de faiblesse: après un début de séance hésitant, Wall Street penchait vers le rouge. Le Dow Jones perdait vers 17h30 GMT 0,70%, le Nasdaq 0,28% et le S&P 500 0,97%.

De même, en dépit d'un démarrage positif, l'Asie n'a pas réussi à maintenir le cap, Tokyo en particulier, lesté par la déroute historique de Softbank.

Les Bourses européennes ont poursuivi leur rebond de la veille: Paris est monté de 5,01% et Francfort de 3,70%. La progression a été moins forte à Londres (+0,76%), à Milan (+1,71%) et à Madrid (+0,74%). De leur côté, les taux d'emprunt des pays européens ont connu une détente généralisée. "En voyant que les taux de rendement obligataires se détendent, les investisseurs sont rassurés sur les marchés actions", explique à l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM. Néanmoins, ce rebond est à relativiser, selon lui, car "il est lié en partie à des phénomènes techniques", en raison de l'expiration d'options et de contrats à terme en Europe et aux Etats-Unis, qui engendrent volume important et volatilité. Premier signe de faiblesse: après un début de séance hésitant, Wall Street penchait vers le rouge. Le Dow Jones perdait vers 17h30 GMT 0,70%, le Nasdaq 0,28% et le S&P 500 0,97%. De même, en dépit d'un démarrage positif, l'Asie n'a pas réussi à maintenir le cap, Tokyo en particulier, lesté par la déroute historique de Softbank.