Le montant demandé a un peu moins diminué, avec une baisse qui se chiffre à 10,3%.

La diminution de la demande s'est répercutée sur l'offre: le nombre de crédits octroyés a chuté de 13% au deuxième trimestre 2020 par rapport au même trimestre de l'année précédente. Les montants accordés ont eux diminué de 14%.

Le montant total, ou encours, des crédits souscrits aux entreprises a cependant progressé de 4,5% entre juin 2019 et juin 2020, pour atteindre 170 milliards d'euros. En mars, ce taux de croissance annuel était de 5,1%.

Si cette somme peut augmenter alors que la production de crédits diminue, c'est notamment que, ces derniers mois, les entreprises ont davantage utilisé les lignes de crédit dont elles disposaient et ont ainsi réduit leur besoin de nouveaux crédits, explique Febelfin.

"L'encours de crédits élevé - et les reports de paiements accordés par le secteur financier - montrent que ce dernier continue de soutenir l'économie, même en ces temps difficiles. En effet, les banques restent très largement disposées à accorder des crédits", souligne l'organisation. Malgré le contexte, le taux de refus reste toujours faible, indique-t-elle.

Febelfin relève de plus que les taux d'intérêt restent favorables aux entreprises qui empruntent. Selon les données de la BNB, le taux d'intérêt moyen pondéré sur les nouveaux crédits aux entreprises a très légèrement diminué en juin 2020 pour atteindre 1,51%, contre 1,54% en mai 2020.

Le montant demandé a un peu moins diminué, avec une baisse qui se chiffre à 10,3%. La diminution de la demande s'est répercutée sur l'offre: le nombre de crédits octroyés a chuté de 13% au deuxième trimestre 2020 par rapport au même trimestre de l'année précédente. Les montants accordés ont eux diminué de 14%. Le montant total, ou encours, des crédits souscrits aux entreprises a cependant progressé de 4,5% entre juin 2019 et juin 2020, pour atteindre 170 milliards d'euros. En mars, ce taux de croissance annuel était de 5,1%. Si cette somme peut augmenter alors que la production de crédits diminue, c'est notamment que, ces derniers mois, les entreprises ont davantage utilisé les lignes de crédit dont elles disposaient et ont ainsi réduit leur besoin de nouveaux crédits, explique Febelfin. "L'encours de crédits élevé - et les reports de paiements accordés par le secteur financier - montrent que ce dernier continue de soutenir l'économie, même en ces temps difficiles. En effet, les banques restent très largement disposées à accorder des crédits", souligne l'organisation. Malgré le contexte, le taux de refus reste toujours faible, indique-t-elle. Febelfin relève de plus que les taux d'intérêt restent favorables aux entreprises qui empruntent. Selon les données de la BNB, le taux d'intérêt moyen pondéré sur les nouveaux crédits aux entreprises a très légèrement diminué en juin 2020 pour atteindre 1,51%, contre 1,54% en mai 2020.