La Sabam évoque des "chiffres consternants" même si elle explique avoir limité les dégâts (-4%) dans la répartition à ses ayants droit, avec la distribution d'un montant de 108,5 millions d'euros aux auteurs, compositeurs et éditeurs. La compensation obtenue par le gouvernement (environ 8 millions) et le soutien aux auteurs ainsi qu'au secteur, via Sabam for Culture (1,5 million d'euros investis dans près de 900 initiatives culturelles), sont les points positifs de l'année 2021, ajoute-t-elle.

Au sein du secteur, le théâtre et la musique sont particulièrement touchés par la pandémie qui a provoqué un impact négatif sur les revenus. "L'évolution constante des réglementations Covid et l'absence de lignes directrices claires pour une organisation sans risque sanitaire ont conduit à des annulations ou à des réductions massives de nombreux concerts, festivals et spectacles au cours de l'année écoulée", rappelle la Sabam.

Les revenus et la distribution pour les auteurs de théâtre ont chuté respectivement de 48% et 55%, tandis que les revenus des droits d'exécution publique pour la musique live ont diminué d'environ 16%.

La Sabam évoque des "chiffres consternants" même si elle explique avoir limité les dégâts (-4%) dans la répartition à ses ayants droit, avec la distribution d'un montant de 108,5 millions d'euros aux auteurs, compositeurs et éditeurs. La compensation obtenue par le gouvernement (environ 8 millions) et le soutien aux auteurs ainsi qu'au secteur, via Sabam for Culture (1,5 million d'euros investis dans près de 900 initiatives culturelles), sont les points positifs de l'année 2021, ajoute-t-elle. Au sein du secteur, le théâtre et la musique sont particulièrement touchés par la pandémie qui a provoqué un impact négatif sur les revenus. "L'évolution constante des réglementations Covid et l'absence de lignes directrices claires pour une organisation sans risque sanitaire ont conduit à des annulations ou à des réductions massives de nombreux concerts, festivals et spectacles au cours de l'année écoulée", rappelle la Sabam. Les revenus et la distribution pour les auteurs de théâtre ont chuté respectivement de 48% et 55%, tandis que les revenus des droits d'exécution publique pour la musique live ont diminué d'environ 16%.