En dépit des la débâcle observée en 2022, marquée notamment par la faillite de la plateforme FTX, les cryptos restent toujours très populaires parmi la jeune génération d'investisseurs. C'est ce qui ressort du dernier Baromètre des investisseurs de la banque ING. Malgré l'année mouvementée qu'ont connue ces actifs, pas moins de 40 % des investisseurs âgés de moins de 35 ans prévoient d'acheter des cryptomonnaies dans les six p...

En dépit des la débâcle observée en 2022, marquée notamment par la faillite de la plateforme FTX, les cryptos restent toujours très populaires parmi la jeune génération d'investisseurs. C'est ce qui ressort du dernier Baromètre des investisseurs de la banque ING. Malgré l'année mouvementée qu'ont connue ces actifs, pas moins de 40 % des investisseurs âgés de moins de 35 ans prévoient d'acheter des cryptomonnaies dans les six prochains mois et estiment que le Bitcoin existera toujours dans 10 ans.La popularité des crypto-actifs auprès des jeunes Belges ne se dément donc pas. "De précédentes enquêtes ont déjà montré que les investissements en crypto sont particulièrement populaires parmi les jeunes investisseurs. Il est néanmoins surprenant que, malgré la forte perte de valeur et les scandales dans le secteur des cryptomonnaies de ces derniers mois, la foi de ces investisseurs dans les cryptomonnaies telles que le Bitcoin n'ait guère été affectée", analyse Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique.Devant le cash et les obligationsCe n'est pas tout. Interrogés sur ce qu'ils pensent être le meilleur investissement pour l'année à venir, près d'un tiers des répondants (29 %) désignent certes en premier l'immobilier, sécurité et prudence obligent. Pour 19 % des répondants, il s'agit, sans grande surprise non plus, des actions ou des fonds d'actions, tandis que 13 % voient l'or comme étant le meilleur placement pour 2023. Il est par contre plus surprenant de constater que, si les monnaies cryptos figurent en tête des meilleurs placements pour seulement 8 % des investisseurs interrogés, elles devancent néanmoins les obligations et les fonds obligataires, ainsi que le cash qui ne récolte la faveur que de 4 % des répondants.L'étude d'ING souligne par ailleurs un autre élément assez instructif en matière de tendances de fond : près de 20 % des personnes interrogées estiment aujourd'hui que les banques devraient proposer des investissements en Bitcoin ou dans d'autres cryptomonnaies. Un pourcentage qui est à nouveau nettement plus élevé chez les jeunes investisseurs (35 %) que parmi les générations plus âgées.