En mars, 300,7 milliards d'euros se trouvaient sur des comptes d'épargne réglementés. C'est 656 millions d'euros de moins qu'en février. Il s'agit de la première baisse depuis près d'un semestre.

Les familles doivent-elles dès lors piocher dans leurs économies pour payer les factures d'énergie plus élevées et des courses plus onéreuses ? "L'inflation élevée joue forcément un rôle, mais il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles l'épargne varie d'un mois à l'autre", répond Geert Sciot, porte-parole de la Banque nationale. Peut-être que les gens ont réservé tôt pour partir en voyage. Ou ils ont reçu une prime dans les mois précédents ou leurs salaires ont été indexés. Il est difficile de tirer des conclusions sur une période d'un mois."

Ce n'est que d'ici quelques mois que l'on saura si le taux d'inflation élevé ronge en effet les comptes d'épargne. Quoi qu'il en soit, la BNB s'attend toujours à une augmentation moyenne du pouvoir d'achat cette année. "Mais c'est aussi parce que davantage de personnes ont un emploi", précise-t-elle. Plus de gens ont un emploi, plus le pouvoir d'achat moyen des ménages est élevé.

En mars, 300,7 milliards d'euros se trouvaient sur des comptes d'épargne réglementés. C'est 656 millions d'euros de moins qu'en février. Il s'agit de la première baisse depuis près d'un semestre. Les familles doivent-elles dès lors piocher dans leurs économies pour payer les factures d'énergie plus élevées et des courses plus onéreuses ? "L'inflation élevée joue forcément un rôle, mais il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles l'épargne varie d'un mois à l'autre", répond Geert Sciot, porte-parole de la Banque nationale. Peut-être que les gens ont réservé tôt pour partir en voyage. Ou ils ont reçu une prime dans les mois précédents ou leurs salaires ont été indexés. Il est difficile de tirer des conclusions sur une période d'un mois." Ce n'est que d'ici quelques mois que l'on saura si le taux d'inflation élevé ronge en effet les comptes d'épargne. Quoi qu'il en soit, la BNB s'attend toujours à une augmentation moyenne du pouvoir d'achat cette année. "Mais c'est aussi parce que davantage de personnes ont un emploi", précise-t-elle. Plus de gens ont un emploi, plus le pouvoir d'achat moyen des ménages est élevé.