En 2013, la Banque nationale avait calculé que 47 milliards d'euros avaient été tracés dans des paradis fiscaux en dehors de l'Union européenne. Aujourd'hui, ce montant est de 29 milliards d'euros, selon le quotidien. Une baisse a été constatée dans la moitié des pays listés.

La baisse est la plus importante dans les îles Caïman (-26 milliards), à Hong Kong (-4,5 milliards) et à Jersey (-2 milliards). A l'inverse, une augmentation a été constatée aux Emirats arabes unis (+6,3 milliards).

"De plus en plus de gens qui ont de l'argent à l'étranger comprennent qu'ils doivent se conformer aux règles", déclare l'ex-ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA). "C'est le résultat de la taxe Caïman, de la régularisation fiscale et de l'échange de données international renforcé." Une approche que conteste le parti d'opposition sp.a, qui souligne que le précompte mobilier ne rapporte guère plus qu'en 2014.

"Van Overtveldt ne peut en aucune manière affirmer que 18 milliards d'euros ont été ramenés en Belgique", souligne-t-il dans Het Laatste Nieuws.