Ce dernier a engrangé 26,4 milliards d'euros sur le premier trimestre, soit 6% de moins que la même période l'an dernier. Leurs collègues outre-Atlantique ont, elles, amassé 70 milliards d'euros, soit 0,6% de moins que lors de l'exercice similaire précédent. La plus grande banque américaine est JPMorgan Chase, affichant à elle seule 16,6 milliards d'euros de bénéfices.

Les banques américaines se sont bien plus vites relevées à la suite de la crise financière de 2008. Les faibles taux ont en outre pesé sur la rentabilité des banques en Europe, où le paysage bancaire a été davantage fragmenté et la lutte pour remporter des clients plus ardue.

Au 1er septembre dernier, les banques américaines affichaient une valeur totale de 1,2 billion d'euros, contre 436 milliards d'euros pour les établissements européens.