Les sommes supplémentaires gelées ces derniers mois correspondent à l'application du sixième et du septième paquet de sanctions, établis par l'Union européenne le 3 juin et le 21 juillet.

En parallèle, le montant des transactions bancaires gelées a légèrement augmenté, grossissant tout de même d'une vingtaine de milliards, de 196,4 milliards d'euros à 217,1 milliards. La différence entre sommes gelées sur des comptes et transactions bloquées est en fait ténue, expliquait l'administrateur général du Trésor Alexandre De Geest dans un entretien à L'Echo: "En réalité, c'est la même chose: personne ne peut récupérer cet argent."

Selon les renseignements apportés par le SPF Finances à L'Echo et au Tijd, un total de 1.229 personnes physiques et 110 entités ont été ciblées par ce gel d'avoirs. Aucun bien immobilier n'est concerné en Belgique, précise l'administration. Les sommes gelées ne consistent pas seulement en de l'argent sur des comptes, mais également des titres.

Les sommes supplémentaires gelées ces derniers mois correspondent à l'application du sixième et du septième paquet de sanctions, établis par l'Union européenne le 3 juin et le 21 juillet. En parallèle, le montant des transactions bancaires gelées a légèrement augmenté, grossissant tout de même d'une vingtaine de milliards, de 196,4 milliards d'euros à 217,1 milliards. La différence entre sommes gelées sur des comptes et transactions bloquées est en fait ténue, expliquait l'administrateur général du Trésor Alexandre De Geest dans un entretien à L'Echo: "En réalité, c'est la même chose: personne ne peut récupérer cet argent." Selon les renseignements apportés par le SPF Finances à L'Echo et au Tijd, un total de 1.229 personnes physiques et 110 entités ont été ciblées par ce gel d'avoirs. Aucun bien immobilier n'est concerné en Belgique, précise l'administration. Les sommes gelées ne consistent pas seulement en de l'argent sur des comptes, mais également des titres.