Economie qui tourne à plein régime, pyramide des âges défavorable: l'emploi repart dans le secteur bancaire. Rien que du côté des quatre grandes enseignes (BNP Paribas Fortis, KBC, Belfius et ING Belgique), on espère engager plus de 1.500 personnes cette année. BNP Paribas Fortis a ainsi pou...

Economie qui tourne à plein régime, pyramide des âges défavorable: l'emploi repart dans le secteur bancaire. Rien que du côté des quatre grandes enseignes (BNP Paribas Fortis, KBC, Belfius et ING Belgique), on espère engager plus de 1.500 personnes cette année. BNP Paribas Fortis a ainsi pour ambition de recruter 500 équivalents temps plein en 2022 et durant les trois années à venir, soit 2.000 personnes au total d'ici fin 2025. Belfius vise de son côté à recruter plus de 500 profils cette année tandis que 120 jobs sont pour le moment à pourvoir chez ING. Quant au groupe KBC, il a déjà engagé plus de 200 personnes depuis le début janvier et s'attend à ce que le nombre de nouvelles recrues dépasse la barre des 700 cette année. Sont surtout recherchés des jeunes diplômés, mais aussi du personnel expérimenté pour des fonctions commerciales (corporate banking, wealth management), dans le domaine data-IT (cybersécurité, digital user experience, etc.), sur le terrain réglementaire (risk management, compliance) ainsi que dans les contact centers (qualité opérationnelle des contrats, traitement des transactions, services après-vente, etc.). Dans ce contexte de guerre des talents, proposer un package salarial compétitif n'est plus suffisant. Il faut également, disent les banques, proposer un mode de travail flexible et contemporain (smartworking) ainsi qu'un accompagnement dans la carrière, tout en mettant l'accent sur la diversité et l'inclusion.