Fin 2021, le fonds détenait quelque 27,4 milliards de couronnes (environ 2,7 milliards d'euros) en actions russes, soit 0,2% du portefeuille total, ressort-il du rapport annuel publié jeudi.

Leur valeur est désormais estimée à environ 2,5 milliards de couronnes, un chiffre qualifié de "très, très incertain", ont indiqué les dirigeants du fonds.

"Il se pourrait bien que (ces investissements, ndlr) soient pour ainsi dire sans valeur", a déclaré le numéro deux du fonds, Trond Grande, lors d'une conférence de presse.

En réaction à l'offensive militaire russe en Ukraine, le gouvernement norvégien a annoncé dimanche que le fonds souverain du pays, qui pèse aujourd'hui 11.661 milliards de couronnes, gèlerait dans un premier temps ses investissements en Russie avant de les vendre, un processus susceptible de prendre du temps.

Face au cataclysme boursier annoncé, la Bourse de Moscou est restée fermée depuis lundi et le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a annoncé mardi que la Russie préparait un décret pour enrayer l'hémorragie d'investissements étrangers.

"Je pense que nous arriverons à vendre nos actions mais la question est de savoir si on en retirera quelque chose", a précisé le chef du fonds, Nicolai Tangen.

Les dirigeants du fonds se sont dits incapables à ce stade de fournir un calendrier sur le désengagement de Russie.

A la fin de l'année, les principales participations du fonds norvégien dans ce pays étaient dans le géant énergétique Gazprom (0,86% du capital, soit 8,2 milliards de couronnes), la banque Sberbank (0,75%, 6 milliards de couronnes) et la compagnie pétrolière Lukoil (0,73%, 3,9 milliards).

Fin 2021, le fonds détenait quelque 27,4 milliards de couronnes (environ 2,7 milliards d'euros) en actions russes, soit 0,2% du portefeuille total, ressort-il du rapport annuel publié jeudi.Leur valeur est désormais estimée à environ 2,5 milliards de couronnes, un chiffre qualifié de "très, très incertain", ont indiqué les dirigeants du fonds."Il se pourrait bien que (ces investissements, ndlr) soient pour ainsi dire sans valeur", a déclaré le numéro deux du fonds, Trond Grande, lors d'une conférence de presse.En réaction à l'offensive militaire russe en Ukraine, le gouvernement norvégien a annoncé dimanche que le fonds souverain du pays, qui pèse aujourd'hui 11.661 milliards de couronnes, gèlerait dans un premier temps ses investissements en Russie avant de les vendre, un processus susceptible de prendre du temps.Face au cataclysme boursier annoncé, la Bourse de Moscou est restée fermée depuis lundi et le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a annoncé mardi que la Russie préparait un décret pour enrayer l'hémorragie d'investissements étrangers."Je pense que nous arriverons à vendre nos actions mais la question est de savoir si on en retirera quelque chose", a précisé le chef du fonds, Nicolai Tangen.Les dirigeants du fonds se sont dits incapables à ce stade de fournir un calendrier sur le désengagement de Russie.A la fin de l'année, les principales participations du fonds norvégien dans ce pays étaient dans le géant énergétique Gazprom (0,86% du capital, soit 8,2 milliards de couronnes), la banque Sberbank (0,75%, 6 milliards de couronnes) et la compagnie pétrolière Lukoil (0,73%, 3,9 milliards).