Comment expliquer une telle dégringolade ? La première cause n'est pas le Covid-19 mais un déséquilibre latent entre l'offre et la demande. Depuis 2016, l'Opep tente de rééquilibrer le marché en réduisant sa production, rejointe par plusieurs alliés, d...

Comment expliquer une telle dégringolade ? La première cause n'est pas le Covid-19 mais un déséquilibre latent entre l'offre et la demande. Depuis 2016, l'Opep tente de rééquilibrer le marché en réduisant sa production, rejointe par plusieurs alliés, dont la Russie en 2017. Ce qui ne devait être que temporaire est devenu pérenne. Le coronavirus a encore accentué le déséquilibre. L'Opep voulait une réduction supplémentaire de 1,5 million de barils par jour de la production, Moscou a refusé. Riyad a lancé une guerre des prix. Comme en 1985, quand l'Arabie saoudite, lasse de supporter l'essentiel des efforts, avait fini par inonder le marché après avoir réduit sa production de 65%. Le pays dispose d'un argument de poids : son pétrole est le meilleur marché du monde. Chaque baril ne lui coûte que 2,8 dollars à produire. Dans cette guerre qui ne fait que commencer, l'or noir risque fort d'encore perdre de son éclat. Goldman Sachs annonce déjà qu'il chutera à 20 dollars, ce qui serait le plus bas depuis 2002. L'impact pourrait donc être durable. Une bonne nouvelle pour les consommateurs, beaucoup moins pour l'importante industrie (para)pétrolière.