L'Argentine, qui sort de trois ans de récession, fait face à un fort taux de pauvreté et à une inflation galopante.

Le Fonds monétaire international a approuvé le 25 mars un programme d'aide à l'Argentine pour un total de 44 milliards de dollars sur trente mois et 9,65 milliards avaient été immédiatement décaissés. Il s'agit du 13ème accord conclu entre le FMI et l'Argentine depuis le retour de ce pays à la démocratie en 1983.

"Dans un contexte d'incertitudes mondiales grandissantes, le conseil d'administration a évalué que tous les critères de performances continus et les objectifs indicatifs de mars 2022 ont été respectés, et que des progrès initiaux ont été réalisés sur le plan structurel", a commenté le FMI.

L'accord entre l'Argentine et le Fonds prévoit une série de mesures macro-économiques pour maîtriser l'inflation chronique du pays (50,9% en 2021) et réduire son déficit budgétaire (3% du PIB en 2021) jusqu'à l'équilibre en 2025. Le tout sous suivi régulier du FMI.

En contrepartie, le remboursement de la dette ne débutera qu'en 2026, après une période de grâce de quatre ans, pour s'étaler jusqu'en 2034. Le temps, estime Buenos Aires, d'ancrer une croissance soutenue (après 10,3% en 2021) génératrice de recettes.

L'Argentine, qui sort de trois ans de récession, fait face à un fort taux de pauvreté et à une inflation galopante. Le Fonds monétaire international a approuvé le 25 mars un programme d'aide à l'Argentine pour un total de 44 milliards de dollars sur trente mois et 9,65 milliards avaient été immédiatement décaissés. Il s'agit du 13ème accord conclu entre le FMI et l'Argentine depuis le retour de ce pays à la démocratie en 1983. "Dans un contexte d'incertitudes mondiales grandissantes, le conseil d'administration a évalué que tous les critères de performances continus et les objectifs indicatifs de mars 2022 ont été respectés, et que des progrès initiaux ont été réalisés sur le plan structurel", a commenté le FMI. L'accord entre l'Argentine et le Fonds prévoit une série de mesures macro-économiques pour maîtriser l'inflation chronique du pays (50,9% en 2021) et réduire son déficit budgétaire (3% du PIB en 2021) jusqu'à l'équilibre en 2025. Le tout sous suivi régulier du FMI. En contrepartie, le remboursement de la dette ne débutera qu'en 2026, après une période de grâce de quatre ans, pour s'étaler jusqu'en 2034. Le temps, estime Buenos Aires, d'ancrer une croissance soutenue (après 10,3% en 2021) génératrice de recettes.