"La crise du Covid-19 a eu des répercussions majeures sur le nombre de nouveaux crédits enregistrés par la Banque nationale. C'est surtout au cours du premier confinement décrété dans la seconde moitié du mois de mars, avec la fermeture obligatoire des magasins physiques et les autres mesures restrictives imposées afin d'endiguer la propagation du virus, que la demande de crédits s'est effondrée", avec en avril, une chute de 70% des prêts à tempérament et ouvertures de crédit par rapport à avril 2019.

À partir de l'été, le processus d'octroi de crédits s'est peu à peu relancé, sans pour autant approcher son niveau normal. Sur une base annuelle, les ouvertures de crédit et les prêts à tempérament ont accusé un recul de, respectivement, 29,6 et 18,7%. La diminution des crédits hypothécaires s'est chiffrée à 14,8%, mais cette tendance est à nuancer dans la mesure où une quantité exceptionnelle de crédits hypothécaires a encore été comptabilisée en 2019 en raison de la suppression annoncée du bonus au logement en Flandre à la fin de l'année, poursuit la BNB.

Le nombre de personnes en défaut de paiement était également en baisse. Fin 2020, 315.165 personnes totalisaient conjointement 452.890 défauts de paiement dans la Centrale des crédits de la BNB, ce qui correspond à des replis respectifs de 6,3 et 7,3%.

La Centrale observe encore que de nombreux consommateurs ont sollicité un report de paiement pour leur crédit hypothécaire (environ 145.000 dossiers de crédit), "ce qui n'a rien de surprenant si on considère la charge mensuelle de remboursement élevée qui est associée à ce type de crédit".

Diverses possibilités de reports de paiements ont été offertes aux particuliers et aux entreprises pour permettre de surmonter les effets de la crise sanitaire.

"La crise du Covid-19 a eu des répercussions majeures sur le nombre de nouveaux crédits enregistrés par la Banque nationale. C'est surtout au cours du premier confinement décrété dans la seconde moitié du mois de mars, avec la fermeture obligatoire des magasins physiques et les autres mesures restrictives imposées afin d'endiguer la propagation du virus, que la demande de crédits s'est effondrée", avec en avril, une chute de 70% des prêts à tempérament et ouvertures de crédit par rapport à avril 2019. À partir de l'été, le processus d'octroi de crédits s'est peu à peu relancé, sans pour autant approcher son niveau normal. Sur une base annuelle, les ouvertures de crédit et les prêts à tempérament ont accusé un recul de, respectivement, 29,6 et 18,7%. La diminution des crédits hypothécaires s'est chiffrée à 14,8%, mais cette tendance est à nuancer dans la mesure où une quantité exceptionnelle de crédits hypothécaires a encore été comptabilisée en 2019 en raison de la suppression annoncée du bonus au logement en Flandre à la fin de l'année, poursuit la BNB. Le nombre de personnes en défaut de paiement était également en baisse. Fin 2020, 315.165 personnes totalisaient conjointement 452.890 défauts de paiement dans la Centrale des crédits de la BNB, ce qui correspond à des replis respectifs de 6,3 et 7,3%. La Centrale observe encore que de nombreux consommateurs ont sollicité un report de paiement pour leur crédit hypothécaire (environ 145.000 dossiers de crédit), "ce qui n'a rien de surprenant si on considère la charge mensuelle de remboursement élevée qui est associée à ce type de crédit". Diverses possibilités de reports de paiements ont été offertes aux particuliers et aux entreprises pour permettre de surmonter les effets de la crise sanitaire.