Cette décision vise à "pouvoir continuer à oeuvrer à la réussite de Belfius en toute sérénité", explique le groupe dans un communiqué.

Jozef Clijsters, banquier chevronné qui aura 70 ans en mars, est président du conseil d'administration de Belfius Banque depuis 2014. Ce licencié en sciences économiques appliquées de la KUL a fait l'essentiel de sa carrière dans le monde bancaire (Fortis, Bpost Banque, Dexia, Belfius).

Le communiqué de Belfius n'est pas une surprise après l'annonce faite par le ministre des Finances, Alexander De Croo, mardi devant la commission des Finances de la Chambre. Le ministre y avait expliqué que M. Clijsters avait dans un premier temps souhaité ne pas renouveler son mandat mais avait ensuite fait savoir qu'il restait disponible pendant deux ans afin d'assurer la continuité et la stabilité des activités de la banque détenue par l'État belge.

Le ministre avait indiqué voir cette proposition d'un bon oeil car "l'expérience et l'expertise" de M. Clijsters lui ont valu "beaucoup de respect". De plus, une telle prolongation s'inscrit bien dans les affaires courantes auxquelles est astreint actuellement le gouvernement fédéral.

Plusieurs noms avaient circulé pour succéder à Jos Clijsters, comme celui de Filip Dierckx, qui a démissionné en décembre de la direction de BNP Paribas Fortis ou celui de Paul Lembrechts, qui vient d'être licencié par le gouvernement flamand de son poste d'administrateur délégué de la VRT.

Cette décision vise à "pouvoir continuer à oeuvrer à la réussite de Belfius en toute sérénité", explique le groupe dans un communiqué. Jozef Clijsters, banquier chevronné qui aura 70 ans en mars, est président du conseil d'administration de Belfius Banque depuis 2014. Ce licencié en sciences économiques appliquées de la KUL a fait l'essentiel de sa carrière dans le monde bancaire (Fortis, Bpost Banque, Dexia, Belfius). Le communiqué de Belfius n'est pas une surprise après l'annonce faite par le ministre des Finances, Alexander De Croo, mardi devant la commission des Finances de la Chambre. Le ministre y avait expliqué que M. Clijsters avait dans un premier temps souhaité ne pas renouveler son mandat mais avait ensuite fait savoir qu'il restait disponible pendant deux ans afin d'assurer la continuité et la stabilité des activités de la banque détenue par l'État belge. Le ministre avait indiqué voir cette proposition d'un bon oeil car "l'expérience et l'expertise" de M. Clijsters lui ont valu "beaucoup de respect". De plus, une telle prolongation s'inscrit bien dans les affaires courantes auxquelles est astreint actuellement le gouvernement fédéral. Plusieurs noms avaient circulé pour succéder à Jos Clijsters, comme celui de Filip Dierckx, qui a démissionné en décembre de la direction de BNP Paribas Fortis ou celui de Paul Lembrechts, qui vient d'être licencié par le gouvernement flamand de son poste d'administrateur délégué de la VRT.