Le prochain gouvernement, quel qu'il soit, n'aura pas la vie facile au niveau macroéconomique, prédit L'Echo dans son édition de jeudi. Depuis un pic de conjoncture en 2017 (avec une croissance de 2,5% en zone euro), on assiste à un ralentissement qui touche également l'économie belge.

La croissance économique en Belgique, qui était encore de 1,7% en 2017, est retombée à 1,4% en 2018. Le Plan n'attend pas d'amélioration en 2019 et 2020, puisqu'il table sur 1,3% et 1,4% de croissance. De 2021 à 2024, la croissance moyenne devrait atteindre 1,2%. En revanche, après deux années de flambée de l'inflation, cette dernière devrait se fléchir.

De 2,1% en 2017 et 2018, l'inflation devrait retomber à 1,6% en 2019 et 1,4% en 2020. Le déficit budgétaire, quant à lui, repart à la hausse, ce qui ne facilitera pas la vie du budget. Cette année, le déficit devrait remonter à 1,7% et ensuite évoluer vers 2,6% du PIB en 2024. L'endettement global, lui, restera stable, aux alentours de 101,5% du PIB.