Certes, le robinet du crédit ne s'est pas fermé et les banques ont continué de prêter (environ 23 milliards d'euros de nouveaux prêts). Mais seulement 3,2 % de ces nouveaux prêts aux entreprises, soit un total de 737 millions d'euros, ont été garantis par l'Et...

Certes, le robinet du crédit ne s'est pas fermé et les banques ont continué de prêter (environ 23 milliards d'euros de nouveaux prêts). Mais seulement 3,2 % de ces nouveaux prêts aux entreprises, soit un total de 737 millions d'euros, ont été garantis par l'Etat. On est loin de l'enveloppe de 50 milliards prévue initialement par ce qu'on a appelé le " bazooka bancaire ". Mis en place début avril par le ministre des Finances Alexander De Croo pour inciter les banques à soutenir les entreprises impactées par la crise, le système a d'ailleurs dû être adapté début de ce mois dans la mesure où il ne correspon- dait pas aux besoins de trésorerie des PME. Alors que la première mouture de ce bazooka prévoyait une garantie s'étalant sur 12 mois uniquement, de nombreuses entreprises, surtout les PME, ont en effet emprunté sur des durées plus longues, allant généralement de 24 à 36 mois. Selon la BNB, près de 80 % des demandes de nouveaux crédits se sont ainsi retrouvées " inéligibles " pour le système de garantie, essentiellement à cause de cette durée plus longue souhaitée par les PME pour pouvoir étaler le remboursement de leur " crédit corona ".