Sans préciser le montant de la pénalité qui sera appliquée, la très chic banque privée justifie cette taxe par le coût de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) dont le taux appliqué en cas de liquidités excédentaires déposées par les banques commerciales auprès d'elle s'est encore un peu plus enfoncée en territoire négatif la semaine derrière, passant de - 0,40 % à - 0,50 %.

Si la France découvre la taxation des dépôts, d'autres pays en Europe sont déjà concernés par le phénomène. C'est par exemple déjà le cas de la Suisse, de l'Allemagne et du Danemark où diverses banques facturent les clients qui souhaitent déposer de l'argent dans leurs coffres. Bref, l'euthanasie des rentiers si chère à Keynes se répand inexorablement en Europe. De Francfort à Paris en passant par Genève et Copenhague, parquer ses liquidités devient un luxe qui coûte de l'argent.

Chez nous, seules les entreprises se voient jusqu'ici facturer des dépôts importants. Qu'ils soient fortunés ou pas, les particuliers ne sont pas touchés. Du moins pas encore.

-0,50% La pénalité

qu'applique désormais la BCE sur les liquidités excédentaires des banques commerciales.