La réserve fédérale table désormais sur une contraction du produit intérieur brut de 2,4% cette année, avant une croissance de 4,2% en 2021 et de 3,2% en 2022.

En septembre, elle anticipait encore une baisse du PIB de 3,7% en 2020 avant une hausse de 4% l'an prochain et de 3% en 2022.

S'agissant de l'emploi, la Fed estime que le taux de chômage va reculer à 6,7% cette année (contre 7,6% estimé précédemment), avant de tomber à 5% l'an prochain et à 4,2% en 2022.

La première économie du monde, très en forme début 2020, a basculé dans la récession en raison de la pandémie de Covid-19. Et la crise sanitaire actuelle continue de peser sur l'activité économique et "pose des risques considérables à moyen terme", a prévenu la Fed à l'issue de sa dernière réunion monétaire de 2020 et de l'ère Trump, lors de laquelle elle a laissé ses taux inchangés.

Son président Jerome Powell a souligné que l'amélioration du marché de l'emploi "était plus modéré" au dernier trimestre du fait de la résurgence de la pandémie. "Il reste difficile de comprendre le moment, la portée et les implications économiques du vaccin", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Car il faudra des mois pour atteindre l'immunité collective, et d'ici là, l'hiver s'annonce rude. Le Covid-19 a déjà tué 300.000 personnes aux Etats-Unis. Pour l'heure, la résurgence des cas de Covid-19 aux Etats-Unis comme à l'étranger "est préoccupante", a-t-il souligné.

La nécessité d'un plan de relance supplémentaire ne fait aucun doute, selon Jerome Powell: "avec l'expiration des allocations chômage, l'expiration des moratoires sur les évictions (locatives), la propagation du virus, les ménages et les entreprises ont besoin d'un soutien budgétaire".

Plus de 12 millions d'Américains sans emploi ou sans revenus sont en effet menacés de perdre leurs aides au lendemain de Noël lorsqu'expireront les mesures comprises dans le premier plan de relance de 2.200 milliards de dollars adopté au printemps. Les nouvelles restrictions d'activité mettent en outre en grandes difficultés des milliers de petites entreprises.

Tous les regards sont désormais tournés vers le Congrès, le Parlement américain, où démocrates et républicains pourraient enfin réussir à s'entendre sur un plan de relance très attendu par les PME et les ménages. Une proposition d'un montant total de 908 milliards de dollars a été présentée lundi par un petit groupe d'élus, faisant renaître l'optimisme après des mois de vaines discussions. Des négociations marathon sont engagées pour que le texte puisse être adopté d'ici la fin de la semaine.

"Il semble (que les élus du Congrès) soient très très proches" d'un accord, a salué mercredi le président élu Joe Biden, qui avait déjà évoqué l'urgence de parvenir à un compromis. "Il semble qu'il y aura des aides directes", à travers des chèques envoyés aux ménages comme ce fut le cas au printemps, a-t-il également indiqué.

La proposition comprend entre autres une prolongation des aides aux chômeurs, des mesures pour empêcher les expulsions locatives, de nouveaux prêts aux petites entreprises, ou encore des fonds pour l'assistance alimentaire.

Pour maintenir son soutien à l'économie, la Fed va poursuivre ses achats d'actifs, repris en mars face à l'avancée de la pandémie, jusqu'à ce que des "progrès substantiels" aient été réalisés sur les fronts de l'emploi et de l'inflation. Elle achète, depuis juin, pour 120 milliards de dollars d'actifs par mois, dont 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers). En revanche, elle n'a pas décidé d'en étendre la durée de détention, ou maturité, pour garantir que les taux restent bas à plus long terme. Cela était pourtant attendu par les marchés.

La réserve fédérale table désormais sur une contraction du produit intérieur brut de 2,4% cette année, avant une croissance de 4,2% en 2021 et de 3,2% en 2022. En septembre, elle anticipait encore une baisse du PIB de 3,7% en 2020 avant une hausse de 4% l'an prochain et de 3% en 2022. S'agissant de l'emploi, la Fed estime que le taux de chômage va reculer à 6,7% cette année (contre 7,6% estimé précédemment), avant de tomber à 5% l'an prochain et à 4,2% en 2022. La première économie du monde, très en forme début 2020, a basculé dans la récession en raison de la pandémie de Covid-19. Et la crise sanitaire actuelle continue de peser sur l'activité économique et "pose des risques considérables à moyen terme", a prévenu la Fed à l'issue de sa dernière réunion monétaire de 2020 et de l'ère Trump, lors de laquelle elle a laissé ses taux inchangés. Son président Jerome Powell a souligné que l'amélioration du marché de l'emploi "était plus modéré" au dernier trimestre du fait de la résurgence de la pandémie. "Il reste difficile de comprendre le moment, la portée et les implications économiques du vaccin", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Car il faudra des mois pour atteindre l'immunité collective, et d'ici là, l'hiver s'annonce rude. Le Covid-19 a déjà tué 300.000 personnes aux Etats-Unis. Pour l'heure, la résurgence des cas de Covid-19 aux Etats-Unis comme à l'étranger "est préoccupante", a-t-il souligné. La nécessité d'un plan de relance supplémentaire ne fait aucun doute, selon Jerome Powell: "avec l'expiration des allocations chômage, l'expiration des moratoires sur les évictions (locatives), la propagation du virus, les ménages et les entreprises ont besoin d'un soutien budgétaire". Plus de 12 millions d'Américains sans emploi ou sans revenus sont en effet menacés de perdre leurs aides au lendemain de Noël lorsqu'expireront les mesures comprises dans le premier plan de relance de 2.200 milliards de dollars adopté au printemps. Les nouvelles restrictions d'activité mettent en outre en grandes difficultés des milliers de petites entreprises. Tous les regards sont désormais tournés vers le Congrès, le Parlement américain, où démocrates et républicains pourraient enfin réussir à s'entendre sur un plan de relance très attendu par les PME et les ménages. Une proposition d'un montant total de 908 milliards de dollars a été présentée lundi par un petit groupe d'élus, faisant renaître l'optimisme après des mois de vaines discussions. Des négociations marathon sont engagées pour que le texte puisse être adopté d'ici la fin de la semaine. "Il semble (que les élus du Congrès) soient très très proches" d'un accord, a salué mercredi le président élu Joe Biden, qui avait déjà évoqué l'urgence de parvenir à un compromis. "Il semble qu'il y aura des aides directes", à travers des chèques envoyés aux ménages comme ce fut le cas au printemps, a-t-il également indiqué. La proposition comprend entre autres une prolongation des aides aux chômeurs, des mesures pour empêcher les expulsions locatives, de nouveaux prêts aux petites entreprises, ou encore des fonds pour l'assistance alimentaire. Pour maintenir son soutien à l'économie, la Fed va poursuivre ses achats d'actifs, repris en mars face à l'avancée de la pandémie, jusqu'à ce que des "progrès substantiels" aient été réalisés sur les fronts de l'emploi et de l'inflation. Elle achète, depuis juin, pour 120 milliards de dollars d'actifs par mois, dont 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers). En revanche, elle n'a pas décidé d'en étendre la durée de détention, ou maturité, pour garantir que les taux restent bas à plus long terme. Cela était pourtant attendu par les marchés.